[QUÊTE] L'apprenti voleur ▲ ft. Ozorä

 :: Les terres d'Elwynn :: Territoire des Sylphes :: Forêt de Naska Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 14 Juil - 13:10
L'apprenti voleur
Feat Ozie
La journée s’annonçait bien. Le soleil trônait dans un ciel clair, où paressaient quelques nuages ici et là aux formes étranges, tantôt féériques, tantôt monstrueuses, parfois indéfinissables même pour les esprits les plus imaginatifs. Une légère couche d’eau recouvrait l’herbe fraîche et les feuilles des arbres, cette rosée pure luisant de couleurs toujours plus sublimes et inspirantes à chaque fois que les rayons de l’astre diurne daignaient se pencher sur elle. Des fleurs odorantes et colorées tapissaient le sol bien vert de l’orée de la forêt de Naska, où Nah’wi se trouvait actuellement, assise sur une souche d’arbre humide qui traînait là, les oreilles tranquillement dressées sur son crâne, la queue enroulée sur ses genoux, le tout luisant d’orange à cause de la lumière du jour qui venait à peine de se lever. Un carnet à la main, elle s’amusait à dessiner les variétés de plantes qu’elle ne connaissait pas et qui se trouvaient dans son champ de vision, en vue de faire des recherches dessus plus tard – et nom d’un chien, qu’il y en avait, des végétaux inconnus, dans un tel endroit ! Elle ne regrettait pas le détour en territoire Sylphe, en tout cas.

Elle se trouvait là, à vrai dire, par un concours de circonstances. Elle voulait à la base aller trouver du travail en territoire Calimshan, sur un coup de tête, lassée de traîner près des criminels Zhentarims, bien qu’elle soit en réalité assez éloignée de leur société. Cependant, en chemin, elle avait entendu parler d’un criminel dont la tête était mise à prix, et il était réputé puissant. On le disait génie en magie, quelque chose du genre, on ne savait pas trop. Mais cela avait réussi à attiser la curiosité de la femme-bête, qui avait décidé de se lancer dans cette chasse au bandit, alors même qu’elle n’était pas spécialisée dans ce genre de tâches. Elle jugeait cependant que si elle pouvait rivaliser avec des créatures qui faisaient jusqu’à trois fois la taille d’un homme, tant qu’elle connaissait son adversaire, il n’était pas impossible pour elle de s’en prendre à un criminel. Après tout, Nah’wi n’était pas non plus réputée pour aimer la facilité. Si le défi était au rendez-vous, il était certain qu’elle irait à sa rencontre.

C’était pour cela qu’elle avait fait un détour, marchant plusieurs jours en direction du territoire Sylphe, savourant au passage la féérie des paysages et des créatures qui pouvaient y vivre – elle avait eu l’occasion de faire quelques croquis de créatures qu’on ne trouvait nulle part ailleurs, toujours plus avide d’en apprendre davantage sur le monde qui l’entourait. Elle ne manquait pas de noter les observations qu'elle pouvait faire dans son carnet, histoire de se familiariser avec son environnement, ainsi qu’éviter de mauvaises surprises par la suite. Avec les routes qu’elle avait empruntées et la disposition des villages et forêts qu’elle avait traversées, elle avait également dressé une esquisse de carte – qu’elle peaufinerait plus tard sans doute à l’aide d’autres cartes plus détaillées ou d’observations plus précises. En bref, ce qui devait être un simple voyage vers le lieu du contrat était devenu le théâtre de ses recherches destinées à assouvir son insatiable curiosité sur le monde. Quitte à voyager, autant rendre la chose utile, pensait-elle, sans doute à raison, diront certains. De toute façon, cela l’aurait profondément ennuyée de marcher toute la journée en admirant simplement le paysage.

Elle ne s’était que de très rares fois arrêtée dans des villages Sylphes, car elle connaissait, même sans s’être rendue dans leur territoire auparavant, leur extrême méfiance envers les étrangers. Comme elle craignait un peu d’attirer l’attention sur elle, et qu’elle préférait de toute manière la tranquillité et la solitude pour se consacrer à ses recherches ou s’occuper d’elle, elle avait passé la plupart de ses nuits dehors, en forêt, au sommet d’un arbre, pour éviter les prédateurs au sol. Dormir en extérieur dans un territoire inconnu aurait pu sembler fou, mais pas pour Nah’wi ; après tout, elle vivait pour sentir le danger couler dans ses veines. Et malgré les contrats qu’elle pouvait accomplir, que ce soit dans ses Montagnes du Diable, ou bien dans des territoires inconnus, elle ne perdait pas de vue son objectif. Un jour, elle gravirait les Montagnes du Diable et percerait le secret de cette plume aux couleurs de minuit que lui avait apportée son frère. Un jour elle prouverait à tous qu’il n’était pas fou ; qu’il avait raison, et que c’étaient eux qui avaient eu tort de ne pas le croire, alors que les preuves étaient sous leurs yeux. Après cela, elle avait déjà décidé d’autres endroits à visiter. En réalité, elle avait dressé une liste, dont nul ne connaissait l’existence, et qui détaillait les « endroits les plus dangereux du monde où s’établir ». Elle en avait pour un bout de temps, avec tout ça, mais elle se jurait d’accomplir ses objectifs coûte que coûte. Elle ne voulait pas de la gloire que la société pouvait lui apporter suite à ces exploits, simplement la satisfaction personnelle d’avoir pu voir de ses propres yeux ce qui se cachait derrière ces lieux qu’on qualifiait de « mauvais » et « dangereux ». Elle savait, en son for intérieur, que les plus belles merveilles se cachaient derrière ces territoires hostiles et qui ne demandaient qu’à arracher la vie d’imprudents voyageurs.

Elle repensa un instant aux raisons qui la poussaient à attendre ici, alors qu’elle aurait pu tout simplement se lancer à la recherche de sa proie, afin de la capturer. Cependant, lorsqu’elle avait accepté le contrat, en territoire Zhentarim, elle ignorait tout de son adversaire, y compris les raisons qui faisaient que sa tête était mise à prix – elle savait vaguement que cela avait à voir avec le chef du Clan, mais à part ça, flou total. C’était pour ces raisons qu’on lui avait dit qu’elle pourrait trouver une bonne informatrice en la personne d’ « Ozorä Orman ». Le petit problème avec elle, était que la trouver n’était clairement pas une partie de plaisir. On lui avait promis en tout cas de la retrouver avant que Nah’wi n’atteigne le territoire Sylphe, afin qu’elle soit renseignée sur son ennemi. Alors elle attendait, dessinant minutieusement chaque plante inconnue dans son carnet, notant parfois deux ou trois observations lorsqu’elle en avait à faire. Quelques minutes avant, elle avait pris le temps d’aiguiser son épée et de la nettoyer, comme elle aimait en prendre soin, et surtout, pour s’assurer de son bon état en vue du combat à venir – car elle doutait que le criminel allait se rendre le sourire aux lèvres, du moins elle n’aurait pas accepté le contrat dans ces conditions.

En tout cas, son informatrice était en retard – pour peu qu’on ait réussi à la contacter – et cela l’agaçait. C’était une des raisons pour lesquelles elle préférait accomplir ses missions seule. Au moins, si elle était en retard et ratait sa cible, elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même. Elle doutait de pardonner à cette « Ozorä » si sa cible s’enfuyait sous son nez tout ça parce qu’elle était en retard. Si d’ici peu elle n’arrivait pas, Nah’wi considérait qu’elle n’aurait d’autres choix que de s’informer par elle-même, sachant très bien que c’était cependant extrêmement risqué si elle se faisait repérer avant d’avoir pu obtenir les informations essentielles. Ozorä était donc un moyen plus sûr, si jamais elle arrivait avant que le criminel ne disparaisse à nouveau. La femme-bête savait néanmoins qu’attendre ici son informatrice était une bonne idée. Si ceux qui lui avaient confié la mission avaient pu contacter Ozorä, et connaissant plus ou moins le tempérament de Nah’wi, ils auraient en toute logique désigné directement le lieu de la quête, sachant très bien que c’était là qu’elle se rendrait directement. Son intuition lui disait qu’attendre ici serait fructueux. Et son instinct ne la trompait jamais.

Après un instant d’attente supplémentaire – qui ne fit que l’agacer davantage – elle s’apprêta à partir, lorsqu’elle vit non loin des oiseaux colorés s’envoler. Comme effrayés par une présence indésirable. Le vent soufflant dans son sens lui apprit qu’il s’agissait bien d’une présence humaine. Soupirant, elle se leva, fermant son carnet d’une seule main, ses oreilles se dressant sur son crâne, aux aguets, bien qu’elle ne ressente aucune menace émanant de l’intrus. Ou plutôt de l’intruse. Car Nah’wi aurait juré qu’il n’y avait qu’une seule personne pouvant passer par ici à cet instant, et c’était son informatrice. Du moins c’était la seule conclusion logique. Elle savait que sa cible était plus loin dans la forêt, et qu’elle n’avait aucun risque d’être surprise ici. Alors, d’un ton agacé, elle lâcha :

C’est bon, c’est pas la peine de te cacher, je sais que tu es là. Sors d’ici, tu es en retard, et je n’ai pas toute ma journée. A ce rythme, ma cible va s’échapper avant que tu aies pu me dire quoi que ce soit…

Sur ces derniers mots, la chasseuse se leva, rangeant son carnet dans une sacoche accrochée à sa ceinture, qui lui avait également servi à contenir les vivres nécessaires pour venir jusqu’en territoire Sylphes. Comme elle était minutieuse, elle avait calculé approximativement le nombre de jours de marche qu’il lui faudrait pour arriver à destination et avait prévu la quantité d’eau et de nourriture de façon à ce qu’elle soit exacte. Pour le retour, elle se réapprovisionnerait en territoire Sylphe de la même manière, de manière à ne rien gaspiller.

Soupirant à nouveau, Nah’wi s’épousseta, et attendit patiemment, masquant son agacement derrière ce masque froid et calme qui lui était propre, que son informatrice daigne se montrer.
© Kira 2017
Chasseur de prime
avatar
Aventure : 37
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Juil - 20:53
L'apprenti voleur
«   Nah'wi  &   Ozorä   »

Cela faisait maintenant six jours que je traînais en territoire Sylphe. Un endroit où la nature resplendit, où les spécialités local sont un pur bonheur pour les papilles et le paysage pour les pupilles... Mais où les habitant sont de véritables têtes de cons. Rien n'est parfait, il fallait bien une tache sur le tableau. Bah la tâche c'est eux. Ils ne parlent à personnes, n'échangent avec personne...bref: ils aiment personne. Enfin, si, ils aiment la nature, Smalodgia et les natifs de leurs clans. Niveau sociabilité, j'ai déjà vu mieux. C'est simple, si t'as pas d'oreilles pointues et la carrure d'un fragile des bois: ils t'aiment pas. Pour ma part, je suis presque soulagée d'avoir l'air d'une fragile dans un sens...Déjà que c'est compliqué de rentrer chez eux, alors si en plus la nature m'aide pas... !
Mais ce séjour aux airs de vacances dans un coin merveilleux à la population malheureusement humainement très sélective allait être de courte durée. Je n'étais plus ici pour des vacances, mais bel et bien pour les affaires.
Il y a peu, j'ai eu vent d'une quête qui n'allait pas me déplaire. C'était une période calme ou les boulots intéressant se faisaient rare. J'étais assez motivée. Habituellement, je répond rarement aux demandes de quêtes pour la simple et bonne raison qu'avec ma super force... bah je ne vais pas très loin. Habituellement, je compte sur mon agilité, ma rapidité et ma chance. Mais quand on se frotte à plus fort que sois: vaut mieux ne pas être seule. Et justement! Ce qui m'avait poussé à répondre favorablement à la demande: c'est que je n'étais pas seule et que j'avais juste à donner quelques informations.
Une demoiselle répondant au nom de "Nah'wi", ayant visiblement mon âge et de race "homme bête" avait besoin de ses quelques petites informations en question. D'après mes sources, elle m'attendait non loin de la lisière de Naska.

J'étais en route pour la rejoindre après avoir passé le reste de la journée à récolter le maximum d'informations. Par curiosité, j'avais même pris le temps de repérer l'emplacement de la cible en question... ce qui faisait de moi une indic en retard, ce qui avait de grandes chances d’énerver ma future partenaire. Nah'wi devait m'attendre depuis un bon bout de temps déjà, j'espérais juste tomber sur quelqu'un de patient.
J'avançais dans la foret.
Une fois non loin du point de rendez vous, je me fis des plus discrètes, continuant d'avancer jusqu’à apercevoir une chevelure d'un blanc argentée au loin. La silhouette assise semblait prendre des notes sur un carnet. Je m'arrêtais un instant, l'observant de loin avant de m'avancer un peu. Mais il ne fallut que peu de temps pour que celle ci ne sente ma présence. Ses oreilles se dressaient sur sa tête. Elle se leva et prit la parole:

-C’est bon, c’est pas la peine de te cacher, je sais que tu es là. Sors d’ici, tu es en retard, et je n’ai pas toute ma journée. A ce rythme, ma cible va s’échapper avant que tu aies pu me dire quoi que ce soit…

Elle semblait un peu contrariée, surement à cause de l'attente. Je sortis de derrière le bosquet, souriante. Néanmoins, elle restais d'un calme olympien avec un air au visage qui la rendait plutôt froide:

- Oh ne t'inquiète pas pour lui, je l'ai aperçu il n'y a pas plus tard que vingt minutes. Et si ça peut ta rassurer, il nous reste un peu de temps avant qu'il ne s'en aille.

Je m'inclinais légèrement en guise de salutations:

-Ozorä Orman pour te servir~! Tu dois être Nah'wi : enchantée. Je m'excuses encore pour l'attente, mais disons que j'aime avoir les infos de dernière minute.

Je me redressais avant de lui faire signe de me suivre:

-Commençons à avancer, cela te fera gagner du temps pendant que je t'explique ce que tu veux savoir.

Présentations courtes mais efficaces, je lui laissais le temps de récupérer ses affaires avant de tourner les talons, commençant à avancer dans la forêt:

-Bien ~ Jin Einès, vingt et un ans et petit génie de la magie du vent. Je vais t'épargner sa biographie qui ne te servira pas à grand chose, d'autant plus que je ne la connais pas dans les moindres détails. Il est l'un des plus jeunes diplômés de l'académie de magie, ce qui en fait un adversaire redoutable. Il n'est pas très "copain" avec les races démoniaques et a tenté de rejoindre le purgatoire... sans succès. 

Il est important de connaître son ennemi, surtout pour les personnes comme moi qui misent plus sur les cordes sensibles et les petits secrets que sur nos poings. Toujours en avancent, je continuais mes explications:

-En revanche, je ne sais pas grand chose sur la relique. Il l'a dérobée aux Zentharims, mais allez donc savoir ce qu'il va en faire. Si le chef de clan tiens à la récupérer, c'est qu'elle sert pas à la décoration. Fais donc attention, ce truc est peut être dangereux.

Nous venions d'arrivée à proximité d'un petit hameau de quelques maisons paysannes et une auberge. De notre position, nous pouvions voir l'auberge sans êtres vues.

-Avant de venir te voir, j'en ai profiter pour le localiser. Il venait tout juste de rentrer dans cette auberge. Il a une sacoche qu'il portait près de lui, la relique est surement là dedans.

Je regardais ma partenaire qui n'avait pas dit un mot durant le voyage, il faut dire que je nui en avait laissé guère le temps. l'envie de toucher ses oreille de chien... ou de loup, allez donc savoir, était très prenante, mais je m'efforçais de résister à la tentation pour ne pas perdre toute crédibilité. Mains dans les poches, je continuais de lui sourire presque amicalement, la fixant de mes prunelles rouges:


-Des questions ?
Citoyen
avatar
Aventure : 179
Localisation : Surement pas loin

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Agilité
Race: Vampire
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Aoû - 14:06
L'apprenti voleur
Feat Ozie
La jeune femme ne tarda pas à sortir de derrière un bosquet, un grand sourire sur le visage. Les sourcils froncés, Nah’wi en profita pour détailler celle qu’elle devinait être son informatrice. D’une bonne taille, suffisamment fine pour lui garantir une vitesse et une agilité des plus appréciables, de longs cheveux noirs encadraient son visage avenant. Ses yeux rouges comme le sang souriaient à la femme-bête, qui restait pourtant de marbre face à cette amitié que lui proposait la jeune femme.

Oh ne t'inquiète pas pour lui, je l'ai aperçu il n'y a pas plus tard que vingt minutes. Et si ça peut ta rassurer, il nous reste un peu de temps avant qu'il ne s'en aille.

Nah’wi soupira, rassurée, alors que son informatrice s’inclinait légèrement pour saluer sa partenaire, avant de reprendre :

Ozorä Orman pour te servir~! Tu dois être Nah'wi : enchantée. Je m'excuse encore pour l'attente, mais disons que j'aime avoir les infos de dernière minute.

La femme-bête hocha la tête, plus encline à pardonner Ozorä pour son retard puisque la cible n’avait pas pris la fuite. Néanmoins, elle craignait que le comportement un peu « laisser-aller » de la jeune femme ne nuise à sa mission. Elle qui gardait un calme olympien en toutes circonstances, travailler avec quelqu’un comme son informatrice semblait compliqué. Heureusement pour elle, le travail d’Ozorä ne consistait qu’à lui délivrer des informations pour qu’elle puisse mener à bien son contrat.

Commençons à avancer, cela te fera gagner du temps pendant que je t'explique ce que tu veux savoir, proposa Ozorä, et Nah’wi acquiesça, en récupérant ses affaires et en avançant à la suite de son informatrice, qui l’avait devancée.

Nah’wi ne se préoccupa pas des présentations courtes – elle n’était pas friande de longues conversations, le but ici n’était pas de faire amie-amie avec Ozorä, mais de mener à bien sa mission d’arrestation. De plus, la femme-bête se doutait bien que son informatrice, au vu de sa réputation, connaissait déjà tout ce qu’elle avait à savoir à son sujet, et ne jugea pas utile de se présenter d’elle-même. Elle se contenta d’attendre que la jeune femme lui délivre les précieuses informations qu’elle avait été payée pour délivrer.

Bien, commença-t-elle, soucieuse de bien faire son travail, Jin Einès, vingt-et-un ans et petit génie de la magie du vent. Je vais t'épargner sa biographie qui ne te servira pas à grand-chose, d'autant plus que je ne la connais pas dans les moindres détails. Il est l'un des plus jeunes diplômés de l'académie de magie, ce qui en fait un adversaire redoutable. Il n'est pas très « copain » avec les races démoniaques et a tenté de rejoindre le purgatoire... sans succès.

La femme-bête acquiesça d’un air véritablement intéressé. Ainsi, elle avait eu raison d’accepter ce contrat : cet homme annonçait un combat intéressant. Comme il était mage, et que Nah’wi ne l’était pas, la difficulté s’annonçait alléchante ; d’autant plus que pour l’instant, la jeune femme ignorait totalement comment elle allait se débrouiller pour affronter le criminel, qui frappait sur ses points faibles. Cependant, cela la forcerait à se surpasser, et l’idée l’excitait ; elle avait hâte d’y être. Elle pensait déjà au sentiment gratifiant que lui procurerait l’arrestation de cette proie difficile, tout en s’intimant intérieurement de garder son calme et de ne pas crier victoire trop vite.

Intéressant…, murmura Nah’wi, un petit sourire en coin visible sur les lèvres.

Nah’wi ne cessait pourtant pas d’observer rapidement son environnement tandis que les deux femmes avançaient vers le lieu où se trouvait sa cible. Connaître son environnement était au moins aussi important que de connaître son ennemi ; une trop bonne connaissance d’un ennemi, couplé à de monstrueuses lacunes sur le monde qui nous entoure, peut s’avérer catastrophique en cas d’imprévu. Méthodique comme elle était, Nah’wi ne pouvait se permettre de se faire avoir d’une manière aussi idiote, aussi s’efforçait-elle d’étudier les lieux en même temps qu’Ozorä parlait.

En revanche, je ne sais pas grand-chose sur la relique, reprit l’informatrice, ce qui força sa cliente à lui accorder de nouveau son attention. Il l'a dérobée aux Zentharims, mais allez donc savoir ce qu'il va en faire. Si le chef de clan tiens à la récupérer, c'est qu'elle sert pas à la décoration. Fais donc attention, ce truc est peut être dangereux.

La chasseuse acquiesça, sachant qu’une relique magique pouvait être dangereuse si mal utilisée – et ne sachant pas se servir de ces objets elle-même, cela l’obligea à redoubler d’attention pour sa mission, puisqu’abîmer la relique risquerait d’avoir des effets imprévus voire désastreux. Ainsi, elle se sentit davantage excitée à l’idée d’affronter sa cible – tant d’enjeux, cela la rendait totalement euphorique, et heureusement qu’elle était capable de réprimer sa joie et de la rendre invisible, autrement elle aurait explosé.

Elle remarqua qu’elles venaient d’arriver près d’un hameau, composée de quelques petites habitations modestes, ainsi que d’une auberge, pour les voyageurs. Cela aurait étonné Nah’wi de voir une auberge dans un si petit village si elle ne savait pas qu’il y avait peu de grandes villes en territoire Sylphe. De là où les deux femmes se trouvaient, remarqua la chasseuse, elles avaient une bonne vue sur le bâtiment, mais ne pouvaient être repérées par quelqu’un s’y trouvant. Elle en déduit donc que sa cible devait se trouver dans les parages, et s’efforça de garder son calme.

Avant de venir te voir, j'en ai profiter pour le localiser. Il venait tout juste de rentrer dans cette auberge. Il a une sacoche qu'il portait près de lui, la relique est surement là-dedans, confirma Ozorä, validant l’intuition de la femme-bête.

Nah’wi sourit de ne s’être pas trompée cette fois encore ; elle tirait une grande fierté dans son instinct qui lui était plus fidèle qu’un chien. Si son ennemi se montrait si prévisible, elle n’aurait aucun mal à le contrer, néanmoins, au vu des prouesses du criminel, elle se doutait bien que ça ne serait pas si simple, calmant ses appréhensions. Elle se tourna vers Ozorä, qui la fixait depuis quelques secondes déjà, un sourire aux lèvres, un air étrange collé sur le visage, qui gêna la jeune femme. Les mains dans les poches, l’informatrice demanda, pour s’assurer que sa cliente avait bien tout compris :

Des questions ?

Ce à quoi Nah’wi aurait voulu répondre en secouant simplement la tête, néanmoins il aurait été trop dangereux de foncer sans au moins savoir si son adversaire avait un style de combat connu, qui pourrait la mettre à mal. Comme son ennemi était un mage, la femme-bête devait jouer la carte de la prudence sur tout le reste, afin d’éviter le maximum d’erreurs de sa part.

Tu disais qu’il était mage, commença la chasseuse. Possède-t-il des sorts que tu connais, au moins en partie ?

Sa question était courte et claire, la femme-bête ne désirant pas se perdre en détails futiles. Elle se devait d’agir méthodiquement afin de pouvoir mener à bien sa mission rapidement et efficacement. La moindre erreur pourrait lui coûter, au mieux, sa prime, et au pire, sans doute, sa vie. Avec un soupir, elle sortit à nouveau son carnet et consigna tout ce qu’Ozorä avait pu lui dire, ainsi que quelques observations personnelles qu’elle spéculait sur son ennemi. Cependant, autre chose lui traversait l’esprit, quelque chose d’au moins aussi important que les capacités d’un adversaire au combat.

Son tempérament ?, questionna-t-elle.

En effet, le caractère d’un ennemi n’était jamais à prendre à la légère, jugeait Nah’wi, car c’étaient là que pouvaient se situer des failles qui n’apparaissaient pas dans le style de combat de l’adversaire. Un homme trop sûr de lui était facilement pris par des feintes, tandis qu’un homme trop méfiant perdait rapidement le fil face à des attaques imprévisibles. Ainsi, elle se devait de connaître les traits de caractère de ce « Jin », afin de mieux appréhender ses réactions au combat. Car, elle se le répétait, une fois encore, la moindre erreur, une mauvaise anticipation, une sous-estimation de son adversaire pourrait lui coûter beaucoup plus que sa paie…
© Kira 2017
Chasseur de prime
avatar
Aventure : 37
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Aoû - 3:26
L'apprenti voleur
«   Nah'wi  &   Ozorä   »

La femme bête m'écoutait avec attention, prenant soin de noter les moindres détails sur le carnet qu'elle avait rangé un peu plus tôt. Je la regardais faire, j'étais même assez admirative des dessins qu'elle y avait fait. Je suis habile de mes mains pour ce qui est de voler et crocheter des serrures... Mais c'est peut être tout. Alors j'éprouve une grande admirations pour les dessinateurs et les bon cuisiniers. Elle semblait très organisée et minutieuse. On voyait bien au'elle ne prenait pas sa quête à la légère.
La louve releva la tête de ses gribouillis, toujours aussi "professionnelle" dans sa démarche :

-Tu disais qu’il était mage. Possède-t-il des sorts que tu connais, au moins en partie ? Son tempérament ?

Des questions courtes, simples et efficaces: tout ce que j'aime ! Sortant les mains de mes poches, je croisais les bras comme si cela allait m'aider à réfléchir. :

- Pour sa magie, je sais simplement qu'il maîtrise le vent. Il doit surement être rapide, j'imagine qu'il a des sorts de répulsion et de propulsion... donc pas des plus facile à avoir au corps à corps.

Je fouillais dans mes dernier souvenirs de lui. On ne m'avait rien dit sir son tempérament, les seuls choses dont je pouvais en déduire c'était d'après ce que j'avais pu observer. Après quelques secondes de réflexion, je me pinçais légèrement le menton:

-Eh bien... Tout à l'heure avant de rentrer dans l'auberge, il semblait s'être arrêté pour discuter avec une jeune femme. Il s'est approché, abordant un beau sourire et a commencé à parler de je ne sais quoi tout en faisant le beau. Mais visiblement, la jeune femme est repartie aussi vite, tête baissée, gênée. Lui il semblait déçu et agacé mais il a prit sur lui avant de rentrer. Je dirais donc charmeur... et ne semble pas apprécier qu'on lui refuse ce qu'il veut. Il est possible que je me trompe,
mais c'est l'impression qu'il donnait.


Je n'avais pas eu le temps de voir grand chose et j'étais un peu trop loin pour entendre le sujet de conversation qui ne semblait pas des plus passionnants. Difficile donc d'établir un profil avec si peu de choses :

-Si tu tente de l'approcher plutôt que de lui péter les chevilles à peines les pieds posés dans l'auberge, tu peux jouer de tes charmes. Il aime peut être ce qui est exotique~ Il a voulu rejoindre le purgatoire... Surement par haine des démons, tu peux jouer sur ces cordes sensibles, on sait jamais...

M'étirant de tout mon long, un petit silence se fit entendre. J'avais terminé ma part du travail, mais c'est comme si je venais de commencer à lire un livre passionnant sans avoir le droit de lire la fin. Hors de question que je m'arrête ici. Si je ne peux pas contribuer à la fin de l'histoire, j'estime au moins avoir le droit d'en être le spectateur.
Je me tournais vers elle, abandonnant mon air sérieux pour le remplacer par un petit sourire :

-Quoi qu'il en soit, ça fait un moment que je commence à avoir soif... et c'est la seule auberge du coin~ Je ne suis pas censée participer au reste de ta mission mais je suis assez curieuse de voir comment tu vas t'y prendre. Si besoin je peux toujours intervenir... Mais ce sera pas gratuit.... ça me donnera juste le droit de touchez à tes oreilles parce que ça me perturbe tellement ça à l'air doux ! 

Je me voyais déjà toucher ses petites oreilles, j'avais toujours eu un faible pour tout ce qui était mignon. CA me rendait gaga. Il était presque parfois plus difficile de lutter contre ces pulsions de mignonneries que celles des soifs de sang.:

-Je pars devant ~ ♪

J'avançais toute guillerette en direction de l'auberge sans lui laisser le temps de répondre... sans lui laisser le temps de refuser.
Poussant la lourde porte de l'auberge, on voyait bien qu'il n'y avait pas foule. Seulement des gens de passage. A une table on buvait, à une autre on mangeait et à la dernière on jouait. Je pris place en boit de comptoir, à l'angle qui permettait d'avoir une vue d'ensemble de la salle... et surtout sur Jin, lui aussi, accoudé au comptoir qui bavardait avec le patron à défaut d'avoir de la compagnie plus charmante que ce gros barbu aux oreilles pointues.
Je fis signe au chef et commandant une pinte en souriant sereinement à Jin qui avait croisé mon regard. J'avais hâte de voir la suite, j'étais assise aux premières loges, sirotant ma bière, attendant sagement que le spectacle commence.


Citoyen
avatar
Aventure : 179
Localisation : Surement pas loin

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Agilité
Race: Vampire
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Aoû - 11:42
L'apprenti voleur
Feat Ozie
Ozorä sembla réfléchir quelques instants, puis elle sortit ses mains se ses poches et croisa les bras comme pour s’aider dans ses réflexions. Elle avait pris un air plus sérieux, signe qu’elle renfermait un peu plus de maturité et de professionnalité que Nah’wi ne lui en avait accordé à première vue.

Pour sa magie, je sais simplement qu'il maîtrise le vent, répondit Ozorä. Il doit surement être rapide, j'imagine qu'il a des sorts de répulsion et de propulsion... donc pas des plus faciles à avoir au corps à corps.

Nah’wi acquiesça, et ces paroles la firent réfléchir. Elle ne pouvait décemment pas l’attaquer à distance, puisqu’elle n’avait ni arc, ni ne maîtrisait elle-même la magie. Le corps à corps s’annonçait compliqué, comme souligné par son informatrice, et par ses précédentes observations. Or, l’environnement pourrait s’annoncer à son avantage ; ils étaient entourés de forêts, où la chasseuse pourrait se couvrir pour préparer des attaques furtives. Restait à savoir comment l’attirer jusqu’à couvert, et comment l’aborder pour qu’il ne tente pas de s’enfuir. Il y avait tant de paramètres à prendre en compte dans la chasse au criminel qui différaient de ses habitudes que cela compliquait la tâche à la femme-bête de s’organiser, mais c’était loin de lui déplaire. Après tout, Nah’wi était quelqu’un qui vivait pour le défi, et pour rien d’autre.

Ozorä semblait fouiller chaque recoin de sa tête pour délivrer les informations demandées par sa cliente. Au bout d’un petit temps de réflexion, elle finit par se pincer le menton entre son pouce et son indexe, avant d’ajouter :

Eh bien... fit la voleuse d’un air pensif. Tout à l'heure avant de rentrer dans l'auberge, il semblait s'être arrêté pour discuter avec une jeune femme. Il s'est approché, abordant un beau sourire et a commencé à parler de je ne sais quoi tout en faisant le beau. Mais visiblement, la jeune femme est repartie aussi vite, tête baissée, gênée. Lui il semblait déçu et agacé mais il a pris sur lui avant de rentrer. Je dirais donc charmeur... et ne semble pas apprécier qu'on lui refuse ce qu'il veut. Il est possible que je me trompe, mais c'est l'impression qu'il donnait.

Nah’wi haussa un sourcil intrigué. Comme elle l’avait pensé, son comportement présentait des faiblesses ; si elle arrivait à le pousser dans ses derniers retranchements, elle pourrait aisément l’amener à commettre des erreurs, et si elle s’y prenait bien, elle serait à même de l’attirer là où elle le voulait. Cependant, avec son manque de tact, la femme-bête doutait de ses chances à pouvoir le manipuler si aisément. Néanmoins c’était la seule idée qu’elle avait en tête sur le coup. Si cela tournait mal, elle pourrait toujours le provoquer en duel en bonne et due forme. Elle doutait qu’un homme comme lui manque totalement d’honneur ; si elle n’aimait pas vraiment le Purgatoire, la chasseuse admettait que ces fanatiques avaient tous un certain sens de l’honneur, et qu’ils pensaient à leur manière que leur cause était juste. Sa priorité, dans ce cas, serait alors de veiller à ce qu’aucun civil ne soit blessé.

Si tu tentes de l'approcher plutôt que de lui péter les chevilles à peines les pieds posés dans l'auberge, tu peux jouer de tes charmes, conseilla Ozorä. Il aime peut être ce qui est exotique~ Il a voulu rejoindre le purgatoire... Surement par haine des démons, tu peux jouer sur ces cordes sensibles, on sait jamais...

Nouveau haussement de sourcil, désapprobateur cette fois-ci. Nah’wi avait elle-même sa petite fierté, et elle refusait d’aller si bas que de séduire un criminel. Elle préférait largement une approche plus franche et violente, quitte à s’y blesser, plutôt que de salir son honneur ainsi. De plus, un grognement lui monta à la gorge lorsqu’elle pensa à une insulte envers sa race de la part d’Ozorä. La chasseuse supportait difficilement qu’on s’en prenne à sa fierté, ou à ses origines dont elle était si fière. Même si son informatrice ne pensait sûrement pas à mal, cela agaça la femme-bête.

Tu devrais essayer aussi, grommela-t-elle, mécontente, peut-être qu’il aime bien les vampires aussi…

Il ne lui avait pas paru évident que son informatrice était une vampire à première vue – elle avait plus l’air humaine qu’autre chose. Néanmoins, au fur et à mesure, elle en avait déduit qu’elle était au moins en partie vampire, puisqu’elle dégageait cette odeur caractéristique de ces démons suceurs de sang. Cela n’effrayait néanmoins pas la jeune femme, qui savait que si elle avait été payée pour lui délivrer des informations, elle le ferait. Et puis de toute manière Ozorä ne semblait pas être une menace potentielle, même si elle en venait à l’attaquer…

En tout cas, la jeune femme aux cheveux noirs s’étirait de tout son long, le silence retombant entre les deux comparses. Elle avait donc accompli sa part du marché, et lui avait délivré toutes les informations qu’elle connaissait à propos du criminel que devait arrêter sa cliente. Ne restait plus qu’à cette dernière d’accomplir sa propre mission. Cependant, la vampire se tourna vers la femme-bête, et son air sérieux retomba, pour laisser place à son sourire enfantin caractéristique.

Quoi qu'il en soit, ça fait un moment que je commence à avoir soif... et c'est la seule auberge du coin~ poursuivit-elle d’un air malicieux. Je ne suis pas censée participer au reste de ta mission mais je suis assez curieuse de voir comment tu vas t'y prendre. Si besoin je peux toujours intervenir... Mais ce sera pas gratuit.... ça me donnera juste le droit de toucher à tes oreilles parce que ça me perturbe tellement ça à l'air doux !

La chasseuse lâcha un couinement outré, ses fameuses oreilles se couchant sur son crâne de surprise. Prise au dépourvu, elle fusilla son informatrice du regard. Il était simplement hors de question qu'elle la laisse salir ces oreilles dont elle était si fière ! Elle en eut des frissons rien que d’y penser ; elle se sentait violée dans son intimité, et l’air profondément intéressé de la voleuse ne faisait rien pour y remédier.

Je devrais pouvoir m’en sortir sans toi, soupira la chasseuse en grinçant des dents.

En tout cas, d’un air toujours enfantin, dénué de professionnalité, elle lança un joyeux :

Je pars devant !

Et elle sortit des fourrés pour se diriger vers l’auberge, d’un pas assuré… Nah’wi n’avait même pas eu le temps de refuser, ce qui lui arracha un soupir de dépit. Elle nota rapidement ce que lui avait dit Ozorä dans son carnet, puis d’une main le referma, et le rangea dans sa sacoche, avant de sortir à son tour des fourrés à la suite de sa comparse, qui était déjà rentrée dans l’auberge.

Elle arriva devant les grandes portes de l’auberge, hésita un instant, le temps de revoir rapidement son inventaire dans sa tête, puis, s’estimant suffisamment préparée, elle prit une grande inspiration, et poussa les portes, avant d’entrer de son pas calme et assuré, avec cet aura de charisme qu’elle dégageait dans ce genre de situation, la tête haute et les yeux brillants de fierté. Elle aurait pu passer inaperçue si elle n’avait pas l’air aussi déterminée. On lui lança quelques regards suspects dans le fond de la salle. Elle les ignora, s’enfermant dans sa bulle de sérieux, masquant ses émotions, se faisant froide comme une nuit d’hiver, tous ses sens aux aguets, prête à parer à n’importe quelle menace. Ce n’était pas Nah’wi, la femme-bête, qui était entrée ; c’était Nah’wi la chasseuse. Et cette Nah’wi-là ne laissait jamais s’échapper une proie.

Elle remarqua Ozorä accoudée au bar, non loin de sa cible, mais suffisamment tout de même pour qu’il n’y ait pas de contact direct, ou de discussion entre les deux. La jeune femme manqua de se frapper le front d’une main. Cette vampire était décidément beaucoup trop insouciante. Néanmoins elle reporta son attention sur sa cible, bien décidée à ne pas laisser son esprit diverger de ses objectifs. Le criminel discutait avec le patron de l’auberge, et Nah’wi se dirigea d’un pas lent mais assuré vers eux, en soupirant. C’est ce moment que choisit Ozorä pour faire signe à l’elfe au bar pour passer commande. Au moins, elle savait se montrer coopérative, et c’était une bonne chose…

Nonchalamment, d’un air calme, loin d’être suspect – elle avait délaissé toute sa tension en entrant dans l’auberge – elle prit place à côté de sa cible, ne laissant rien paraître de ses véritables intentions. Dans ce genre de situations, Nah’wi était un livre scellé par un cadenas impossible à ouvrir. Il était littéralement impossible de déchiffrer ses pensées, ainsi que ses sentiments. Lorsque le patron revint lui proposer à boire, elle refusa poliment – il était hors de question que ses sens soient diminués par l’alcool alors qu’elle avait clairement un désavantage sur son ennemi ! – et le congédia d’un geste de la main, et l’elfe partit en fronçant les sourcils. Elle se tourna vers le jeune homme près d’elle, et le détailla un instant, son regard ne laissant pas paraître un seul instant qu’elle tentait en réalité de déceler ses moindre faiblesses.

Comme la plupart des mages, il semblait assez vulnérable aux attaques de front. S’il devait se retrouver en combat rapproché, maîtrisant une magie nécessitant une grande zone pour être lancée, il risquait de se trouver en difficulté. Couplé à son caractère arrogant et orgueilleux, il risquait d’être plus enclin à faire des erreurs s’il ne se montrait pas prudent. A contrario, Nah’wi était vulnérable à sa magie, et aurait de grosses difficultés face à son adversaire si elle ne parvenait pas à s’approcher de ce dernier. Ils étaient chacun vulnérable à l’autre. Cela s’annonçait terriblement serré, mais également terriblement amusant.

La femme-bête offrit un sourire rassurant à l’homme à côté d’elle – pas un sourire séducteur, mais bon, qui savait comment tout un chacun allait l’interpréter… puis lui désigna le patron, avenante, l’air de vouloir faire connaissance autour d’une bonne bière.

Une autre ? C’est la maison qui régale ! assura la chasseuse d’un air malicieux.

© Kira 2017
Chasseur de prime
avatar
Aventure : 37
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 24 Aoû - 14:31


No love lost no love found

Feat Nah'wi & Ozora


Le jeune mage était accoudé tranquillement dans une auberge. Alors qu'il venait de terminer son verre deux jeunes et belles demoiselles firent leur apparition, de quoi fleurir cet endroit lugubre et poussiéreux. Malgré qu'il avait une attention particulière sur les nouvelles arrivantes il fit mine de ne rien remarquer et continua d'observer l’extérieur. C'est alors qu'une des jeunes femmes vint à sa rencontre et lui proposa un verre. Comme elle l'avait fait pour lui le voleur se mit à sourire, un sourire qui semblait sincère et plein de bonnes intentions.

"Je serais honoré de passer ma compagnie avec une si jolie femme. Malheureusement j'ai d'autres projets en mains..."

Le garçon se leva alors et posa son verre vide sur le bord du bar. A cet instant précis toutes les personnes présentes dans l'auberge se levèrent comme si tous attendaient ce moment. Le brun se retourna.

" Je me nomme Jin, mais ça vous devez déjà sans doute le savoir. Ma tête est mise a prix, vous pensiez vraiment que je serais vulnérable à une attaque ? J'ai des espions partout, alors vous vous doutez que j'ai mes précautions. Pour vous accueillir j'ai décidé de rendre visite à quelques amis. Des amis habiles qui savent traquer les traqueurs. Sur ce jeunes demoiselles, je vous laisse entre de bonnes mains"

Jin leva sa main et créa une énorme bourrasque qui fit s’effondrer la toiture du bâtiment, créant ainsi un immense amas de poussière dans lequel il pu disparaître. Puis il s'enfuit par la porte arrière, en direction d'un site sacré dédié à Fen'Aren, laissant les deux jeune femmes entourées par un groupe de brigands.
awful pour Epicode
avatar
Aventure : 47

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir:
Race:
Voir le profil de l'utilisateur http://ichizoku-no-kurasshu.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Sep - 19:06
Dans la merde...Juste un peu.
«   Nah'wi  &   Ozorä   »


Quelques instants de stupéfaction avant de ressentir une certaine colère bouillonnante... envers moi même. Je n'y avait pas vu venir. Il avait été plus malin et je n'avais même pas été capable de voir ses magouilles. On avait juste sauté à pieds joints dans son piège.
J'aurais du le voir venir, il y avait forcément eu une faille dans son plan et je n'avais pas été capable de la déceler... Quelle abrutie. Je déteste que l'on ait une longueurs d'avance sur moi, me faire prendre à mon propre jeu et détourner les informations afin qu'elles ne m'échappent… Je suis pas violente mais je vous jure qu’il y a des claques qui se perdent.
Lui? Il était fière d'avoir pris de l'avance sur nous... Nous? On était dans le merde jusqu'au cou.

Après nous avoir bien fait comprendre avec toute la fierté du monde que nous n'avions pas été plus malignes que lui, il décida de prendre la poudre d'escampette. En un claquement de doigt, le petit génie créa une bourrasque de vent, la toiture de la vieille auberge s'effondrant sur nous. Un grondement lourd et un nuage de poussière avant un calme plat, il n'y avait désormais plus que de vieux débris sur le sol entre les quatre murs du bâtiment.  

Une légère inspiration, je reprenais mon calme, examinant d'un regard vif la situation à laquelle nous étions confrontées. C'était en grande partie ma faute si la situation avait prit cette tournure. Visiblement, ceux que nous avions en face ne semblait pas nous vouloir que du bien. Des bandits, des gens assez stupides pour le suivre... que leurs avait-il promis ?

Quoi qu’il en soit, il était hors de question que la catastrophe naturelle ambulante se fasse la malle. La situation n’était pas à notre avantage, mais comme on dit : il n’y a pas de problèmes , il n’y a que des solutions.

Une idée en tête suivit d’ un moment de réflexion… Je venais Peut être de trouver une solution.
Vu leur tronches, ils n’étaient ni là pour le tourisme, ni pour nos jolies petites fesses : mais sûrement pour l’argent.
Je regardais ma complice d’un air faussement désolé tout en reculent doucement en direction de la porte arrière:

-]Tu m’excuseras, mais j’ai une prime de près de vingt mille pièces d’or sur ma tronche, il est hors de question que je reste ici une minute de plus !  

Un coup de pied sec parti dans la porte qui tenais à peine debout et je pris les jambes à mon cou. Nah’wi allait peut être m’en vouloir, mais c’était pour la bonne cause .
Je commençais à courir, jusqu’à entendre des hommes me poursuivre. Sept d’entre eux avaient mordu à l’hameçon, ce qui voulait dire que deux d’entre eux étaient plus malins que prévu. Au moins, Nah’wi avait plus de chance de s’en sortir et de rattraper Jin, le temps que j’aille perdre a bande à Jojo dans la fôret.


Citoyen
avatar
Aventure : 179
Localisation : Surement pas loin

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Agilité
Race: Vampire
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ichizoku no kurasshu :: Les terres d'Elwynn :: Territoire des Sylphes :: Forêt de Naska-