[QUÊTE] L'apprenti voleur ▲ ft. Ozorä

 :: Les terres d'Elwynn :: Territoire des Sylphes :: Forêt de Naska Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 14 Juil - 13:10
L'apprenti voleur
Feat Ozie
La journée s’annonçait bien. Le soleil trônait dans un ciel clair, où paressaient quelques nuages ici et là aux formes étranges, tantôt féériques, tantôt monstrueuses, parfois indéfinissables même pour les esprits les plus imaginatifs. Une légère couche d’eau recouvrait l’herbe fraîche et les feuilles des arbres, cette rosée pure luisant de couleurs toujours plus sublimes et inspirantes à chaque fois que les rayons de l’astre diurne daignaient se pencher sur elle. Des fleurs odorantes et colorées tapissaient le sol bien vert de l’orée de la forêt de Naska, où Nah’wi se trouvait actuellement, assise sur une souche d’arbre humide qui traînait là, les oreilles tranquillement dressées sur son crâne, la queue enroulée sur ses genoux, le tout luisant d’orange à cause de la lumière du jour qui venait à peine de se lever. Un carnet à la main, elle s’amusait à dessiner les variétés de plantes qu’elle ne connaissait pas et qui se trouvaient dans son champ de vision, en vue de faire des recherches dessus plus tard – et nom d’un chien, qu’il y en avait, des végétaux inconnus, dans un tel endroit ! Elle ne regrettait pas le détour en territoire Sylphe, en tout cas.

Elle se trouvait là, à vrai dire, par un concours de circonstances. Elle voulait à la base aller trouver du travail en territoire Calimshan, sur un coup de tête, lassée de traîner près des criminels Zhentarims, bien qu’elle soit en réalité assez éloignée de leur société. Cependant, en chemin, elle avait entendu parler d’un criminel dont la tête était mise à prix, et il était réputé puissant. On le disait génie en magie, quelque chose du genre, on ne savait pas trop. Mais cela avait réussi à attiser la curiosité de la femme-bête, qui avait décidé de se lancer dans cette chasse au bandit, alors même qu’elle n’était pas spécialisée dans ce genre de tâches. Elle jugeait cependant que si elle pouvait rivaliser avec des créatures qui faisaient jusqu’à trois fois la taille d’un homme, tant qu’elle connaissait son adversaire, il n’était pas impossible pour elle de s’en prendre à un criminel. Après tout, Nah’wi n’était pas non plus réputée pour aimer la facilité. Si le défi était au rendez-vous, il était certain qu’elle irait à sa rencontre.

C’était pour cela qu’elle avait fait un détour, marchant plusieurs jours en direction du territoire Sylphe, savourant au passage la féérie des paysages et des créatures qui pouvaient y vivre – elle avait eu l’occasion de faire quelques croquis de créatures qu’on ne trouvait nulle part ailleurs, toujours plus avide d’en apprendre davantage sur le monde qui l’entourait. Elle ne manquait pas de noter les observations qu'elle pouvait faire dans son carnet, histoire de se familiariser avec son environnement, ainsi qu’éviter de mauvaises surprises par la suite. Avec les routes qu’elle avait empruntées et la disposition des villages et forêts qu’elle avait traversées, elle avait également dressé une esquisse de carte – qu’elle peaufinerait plus tard sans doute à l’aide d’autres cartes plus détaillées ou d’observations plus précises. En bref, ce qui devait être un simple voyage vers le lieu du contrat était devenu le théâtre de ses recherches destinées à assouvir son insatiable curiosité sur le monde. Quitte à voyager, autant rendre la chose utile, pensait-elle, sans doute à raison, diront certains. De toute façon, cela l’aurait profondément ennuyée de marcher toute la journée en admirant simplement le paysage.

Elle ne s’était que de très rares fois arrêtée dans des villages Sylphes, car elle connaissait, même sans s’être rendue dans leur territoire auparavant, leur extrême méfiance envers les étrangers. Comme elle craignait un peu d’attirer l’attention sur elle, et qu’elle préférait de toute manière la tranquillité et la solitude pour se consacrer à ses recherches ou s’occuper d’elle, elle avait passé la plupart de ses nuits dehors, en forêt, au sommet d’un arbre, pour éviter les prédateurs au sol. Dormir en extérieur dans un territoire inconnu aurait pu sembler fou, mais pas pour Nah’wi ; après tout, elle vivait pour sentir le danger couler dans ses veines. Et malgré les contrats qu’elle pouvait accomplir, que ce soit dans ses Montagnes du Diable, ou bien dans des territoires inconnus, elle ne perdait pas de vue son objectif. Un jour, elle gravirait les Montagnes du Diable et percerait le secret de cette plume aux couleurs de minuit que lui avait apportée son frère. Un jour elle prouverait à tous qu’il n’était pas fou ; qu’il avait raison, et que c’étaient eux qui avaient eu tort de ne pas le croire, alors que les preuves étaient sous leurs yeux. Après cela, elle avait déjà décidé d’autres endroits à visiter. En réalité, elle avait dressé une liste, dont nul ne connaissait l’existence, et qui détaillait les « endroits les plus dangereux du monde où s’établir ». Elle en avait pour un bout de temps, avec tout ça, mais elle se jurait d’accomplir ses objectifs coûte que coûte. Elle ne voulait pas de la gloire que la société pouvait lui apporter suite à ces exploits, simplement la satisfaction personnelle d’avoir pu voir de ses propres yeux ce qui se cachait derrière ces lieux qu’on qualifiait de « mauvais » et « dangereux ». Elle savait, en son for intérieur, que les plus belles merveilles se cachaient derrière ces territoires hostiles et qui ne demandaient qu’à arracher la vie d’imprudents voyageurs.

Elle repensa un instant aux raisons qui la poussaient à attendre ici, alors qu’elle aurait pu tout simplement se lancer à la recherche de sa proie, afin de la capturer. Cependant, lorsqu’elle avait accepté le contrat, en territoire Zhentarim, elle ignorait tout de son adversaire, y compris les raisons qui faisaient que sa tête était mise à prix – elle savait vaguement que cela avait à voir avec le chef du Clan, mais à part ça, flou total. C’était pour ces raisons qu’on lui avait dit qu’elle pourrait trouver une bonne informatrice en la personne d’ « Ozorä Orman ». Le petit problème avec elle, était que la trouver n’était clairement pas une partie de plaisir. On lui avait promis en tout cas de la retrouver avant que Nah’wi n’atteigne le territoire Sylphe, afin qu’elle soit renseignée sur son ennemi. Alors elle attendait, dessinant minutieusement chaque plante inconnue dans son carnet, notant parfois deux ou trois observations lorsqu’elle en avait à faire. Quelques minutes avant, elle avait pris le temps d’aiguiser son épée et de la nettoyer, comme elle aimait en prendre soin, et surtout, pour s’assurer de son bon état en vue du combat à venir – car elle doutait que le criminel allait se rendre le sourire aux lèvres, du moins elle n’aurait pas accepté le contrat dans ces conditions.

En tout cas, son informatrice était en retard – pour peu qu’on ait réussi à la contacter – et cela l’agaçait. C’était une des raisons pour lesquelles elle préférait accomplir ses missions seule. Au moins, si elle était en retard et ratait sa cible, elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même. Elle doutait de pardonner à cette « Ozorä » si sa cible s’enfuyait sous son nez tout ça parce qu’elle était en retard. Si d’ici peu elle n’arrivait pas, Nah’wi considérait qu’elle n’aurait d’autres choix que de s’informer par elle-même, sachant très bien que c’était cependant extrêmement risqué si elle se faisait repérer avant d’avoir pu obtenir les informations essentielles. Ozorä était donc un moyen plus sûr, si jamais elle arrivait avant que le criminel ne disparaisse à nouveau. La femme-bête savait néanmoins qu’attendre ici son informatrice était une bonne idée. Si ceux qui lui avaient confié la mission avaient pu contacter Ozorä, et connaissant plus ou moins le tempérament de Nah’wi, ils auraient en toute logique désigné directement le lieu de la quête, sachant très bien que c’était là qu’elle se rendrait directement. Son intuition lui disait qu’attendre ici serait fructueux. Et son instinct ne la trompait jamais.

Après un instant d’attente supplémentaire – qui ne fit que l’agacer davantage – elle s’apprêta à partir, lorsqu’elle vit non loin des oiseaux colorés s’envoler. Comme effrayés par une présence indésirable. Le vent soufflant dans son sens lui apprit qu’il s’agissait bien d’une présence humaine. Soupirant, elle se leva, fermant son carnet d’une seule main, ses oreilles se dressant sur son crâne, aux aguets, bien qu’elle ne ressente aucune menace émanant de l’intrus. Ou plutôt de l’intruse. Car Nah’wi aurait juré qu’il n’y avait qu’une seule personne pouvant passer par ici à cet instant, et c’était son informatrice. Du moins c’était la seule conclusion logique. Elle savait que sa cible était plus loin dans la forêt, et qu’elle n’avait aucun risque d’être surprise ici. Alors, d’un ton agacé, elle lâcha :

C’est bon, c’est pas la peine de te cacher, je sais que tu es là. Sors d’ici, tu es en retard, et je n’ai pas toute ma journée. A ce rythme, ma cible va s’échapper avant que tu aies pu me dire quoi que ce soit…

Sur ces derniers mots, la chasseuse se leva, rangeant son carnet dans une sacoche accrochée à sa ceinture, qui lui avait également servi à contenir les vivres nécessaires pour venir jusqu’en territoire Sylphes. Comme elle était minutieuse, elle avait calculé approximativement le nombre de jours de marche qu’il lui faudrait pour arriver à destination et avait prévu la quantité d’eau et de nourriture de façon à ce qu’elle soit exacte. Pour le retour, elle se réapprovisionnerait en territoire Sylphe de la même manière, de manière à ne rien gaspiller.

Soupirant à nouveau, Nah’wi s’épousseta, et attendit patiemment, masquant son agacement derrière ce masque froid et calme qui lui était propre, que son informatrice daigne se montrer.
© Kira 2017
avatar
Aventure : 4
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Juil - 20:53
L'apprenti voleur
«   Nah'wi  &   Ozorä   »

Cela faisait maintenant six jours que je traînais en territoire Sylphe. Un endroit où la nature resplendit, où les spécialités local sont un pur bonheur pour les papilles et le paysage pour les pupilles... Mais où les habitant sont de véritables têtes de cons. Rien n'est parfait, il fallait bien une tache sur le tableau. Bah la tâche c'est eux. Ils ne parlent à personnes, n'échangent avec personne...bref: ils aiment personne. Enfin, si, ils aiment la nature, Smalodgia et les natifs de leurs clans. Niveau sociabilité, j'ai déjà vu mieux. C'est simple, si t'as pas d'oreilles pointues et la carrure d'un fragile des bois: ils t'aiment pas. Pour ma part, je suis presque soulagée d'avoir l'air d'une fragile dans un sens...Déjà que c'est compliqué de rentrer chez eux, alors si en plus la nature m'aide pas... !
Mais ce séjour aux airs de vacances dans un coin merveilleux à la population malheureusement humainement très sélective allait être de courte durée. Je n'étais plus ici pour des vacances, mais bel et bien pour les affaires.
Il y a peu, j'ai eu vent d'une quête qui n'allait pas me déplaire. C'était une période calme ou les boulots intéressant se faisaient rare. J'étais assez motivée. Habituellement, je répond rarement aux demandes de quêtes pour la simple et bonne raison qu'avec ma super force... bah je ne vais pas très loin. Habituellement, je compte sur mon agilité, ma rapidité et ma chance. Mais quand on se frotte à plus fort que sois: vaut mieux ne pas être seule. Et justement! Ce qui m'avait poussé à répondre favorablement à la demande: c'est que je n'étais pas seule et que j'avais juste à donner quelques informations.
Une demoiselle répondant au nom de "Nah'wi", ayant visiblement mon âge et de race "homme bête" avait besoin de ses quelques petites informations en question. D'après mes sources, elle m'attendait non loin de la lisière de Naska.

J'étais en route pour la rejoindre après avoir passé le reste de la journée à récolter le maximum d'informations. Par curiosité, j'avais même pris le temps de repérer l'emplacement de la cible en question... ce qui faisait de moi une indic en retard, ce qui avait de grandes chances d’énerver ma future partenaire. Nah'wi devait m'attendre depuis un bon bout de temps déjà, j'espérais juste tomber sur quelqu'un de patient.
J'avançais dans la foret.
Une fois non loin du point de rendez vous, je me fis des plus discrètes, continuant d'avancer jusqu’à apercevoir une chevelure d'un blanc argentée au loin. La silhouette assise semblait prendre des notes sur un carnet. Je m'arrêtais un instant, l'observant de loin avant de m'avancer un peu. Mais il ne fallut que peu de temps pour que celle ci ne sente ma présence. Ses oreilles se dressaient sur sa tête. Elle se leva et prit la parole:

-C’est bon, c’est pas la peine de te cacher, je sais que tu es là. Sors d’ici, tu es en retard, et je n’ai pas toute ma journée. A ce rythme, ma cible va s’échapper avant que tu aies pu me dire quoi que ce soit…

Elle semblait un peu contrariée, surement à cause de l'attente. Je sortis de derrière le bosquet, souriante. Néanmoins, elle restais d'un calme olympien avec un air au visage qui la rendait plutôt froide:

- Oh ne t'inquiète pas pour lui, je l'ai aperçu il n'y a pas plus tard que vingt minutes. Et si ça peut ta rassurer, il nous reste un peu de temps avant qu'il ne s'en aille.

Je m'inclinais légèrement en guise de salutations:

-Ozorä Orman pour te servir~! Tu dois être Nah'wi : enchantée. Je m'excuses encore pour l'attente, mais disons que j'aime avoir les infos de dernière minute.

Je me redressais avant de lui faire signe de me suivre:

-Commençons à avancer, cela te fera gagner du temps pendant que je t'explique ce que tu veux savoir.

Présentations courtes mais efficaces, je lui laissais le temps de récupérer ses affaires avant de tourner les talons, commençant à avancer dans la forêt:

-Bien ~ Jin Einès, vingt et un ans et petit génie de la magie du vent. Je vais t'épargner sa biographie qui ne te servira pas à grand chose, d'autant plus que je ne la connais pas dans les moindres détails. Il est l'un des plus jeunes diplômés de l'académie de magie, ce qui en fait un adversaire redoutable. Il n'est pas très "copain" avec les races démoniaques et a tenté de rejoindre le purgatoire... sans succès. 

Il est important de connaître son ennemi, surtout pour les personnes comme moi qui misent plus sur les cordes sensibles et les petits secrets que sur nos poings. Toujours en avancent, je continuais mes explications:

-En revanche, je ne sais pas grand chose sur la relique. Il l'a dérobée aux Zentharims, mais allez donc savoir ce qu'il va en faire. Si le chef de clan tiens à la récupérer, c'est qu'elle sert pas à la décoration. Fais donc attention, ce truc est peut être dangereux.

Nous venions d'arrivée à proximité d'un petit hameau de quelques maisons paysannes et une auberge. De notre position, nous pouvions voir l'auberge sans êtres vues.

-Avant de venir te voir, j'en ai profiter pour le localiser. Il venait tout juste de rentrer dans cette auberge. Il a une sacoche qu'il portait près de lui, la relique est surement là dedans.

Je regardais ma partenaire qui n'avait pas dit un mot durant le voyage, il faut dire que je nui en avait laissé guère le temps. l'envie de toucher ses oreille de chien... ou de loup, allez donc savoir, était très prenante, mais je m'efforçais de résister à la tentation pour ne pas perdre toute crédibilité. Mains dans les poches, je continuais de lui sourire presque amicalement, la fixant de mes prunelles rouges:


-Des questions ?
avatar
Aventure : 98
Localisation : Surement pas loin

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Agilité
Race: Vampire
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ichizoku no kurasshu :: Les terres d'Elwynn :: Territoire des Sylphes :: Forêt de Naska-