Sauvez Gérard [PV MeiYu]

 :: Empire Nah :: Région de Mido :: Palais de l'empereur Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 5 Aoû - 20:15
Mais quel pauvre type, à se balader seul dans cette aile isolée (c'est très rare) du palais... Faut pas s'étonner qu'un aquarium lui tombe sur la tête. Où vais-je mettre les étranges poissons que j'ai repéré l'autre jour, une fois que je les aurais pêchés, si je n'ai plus d'endroit où les mettre ? C'est malin, vraiment, je vais devoir demander un autre aquarium. C'est certainement parce que le gars d'en bas avait un mauvais karma. Son passage sous l'aquarium que j'observais à la lumière, un étage au dessus, la chute de l'aquarium sur lui... Tout était calculé pour le punir de ses mauvaises actions. Inutile de chercher plus loin, je n'étais qu'un instrument de la volonté divine. Si mes mains ont malencontreusement lâché l'aquarium, c'était voulu.

Ce n'est pas très convaincant comme excuse... Trop exagéré, en plus de ça. C'est une chance que personne ne passe à cette heure là, que ce soit à mon étage ou au rez-de-chaussée, où se trouve le gars inconscient. Ce dernier peut s'estimer heureux dans son malheur. Il s'est pris la base de l'aquarium. Ça l'a assommé, mais au moins il ne s'est pas pris le  verre. Sauf quand il est tombé dans les débris. Il n'est pas trop à plaindre, encore. Par contre, c'est bien beau de chercher des excuses, faut que j'agisse avant tout. Que je ramasse les morceaux, et que je remette le gars sur pieds. On ne m'a sûrement pas vu, mais je ne peux pas tout laisser ainsi. Puis le pauvre, il n'a pas demandé à recevoir un aussi gros truc sur la tête.

Si je sors de manière conventionnelle, c'est à dire en continuant dans le couloir, en prenant les escaliers, puis la sortie, je risque de tomber sur quelqu'un. C'est pourquoi je passe par le mur. J'enjambe la fenêtre sans difficulté pour poser mes pieds sur le rebord. Ce n'est pas haut, en m'y prenant bien je retomberai correctement et je n'écraserai pas le gars. J'allais descendre, mais quelqu'un est arrivé. Merde merde merde... Je vais être obligé d'expliquer pourquoi la moitié de mon corps est dehors, et le blessé est facile à voir. C'est l'amirale de la flotte impériale qui arrive. Au pire, je lui demande de m'aider, ça ira plus vite et j'aurais moins de chance d'être emmerdé. Je l'interpelle avant même qu'elle arrive à mon niveau, aussi naturellement que si j'étais dans le couloir et non dehors, presque dans le vide.

« Salut ! Comment ça va ? T'as bonne mine, ça fait plaisir à voir. Dis, j'ai un petit problème, tu peux m'aider ? Ça ira plus vite à deux, j'ai pas envie de me faire pincer par quelqu'un d'autre. T'es sympa toi, n'est-ce pas ? Suffit juste de nettoyer le verre qu'il y a par terre, en bas. Puis ramasser le gars et le soigner. Il n'a pas eu de chance, le pauvre... »

Si j'ai commencé à lui parler avec le sourire, je finis avec une moue désolée sur le visage. Toujours accoudé à la fenêtre, je reprends la parole, à nouveau souriant.

« Alors, tu es d'accord ? Ça sauverait Gérard. »

Le prénom improvisé pour le type qui gît au sol. Ça le sauvera, et ça me sauvera.
avatar
Aventure : 5
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 9 Aoû - 19:56

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT GERARD
Yuhei Nahzen & Hǎi Měi Yù
C'était une journée somme toute relativement banale, bien ordonnée comme elle les aimait. Comme tous les matins, le soleil s'était levé sur un Empire victorieux, inondant les cieux de ses chaleureux rayons ; l'air était bon ou peut-être un peu lourd, chacun était affairé à la tâche qui lui était assignée par la grâce divine, désertant les galeries et autres lieux d'oisiveté. Oui, c'était en fait l'une de ces journées où l'on pouvait lever les yeux sur n'importe quoi et dire contemplativement : le voilà, l'ordre naturel du monde. Et lorsque ayant bouclé un rapport interminable Měi Yù émergea de son cabinet de travail avec l'air indécent que donne la satisfaction du travail accompli, et qu'elle s'aventura dans les couloirs, elle se dit que tout était tel qu'il devait l'être.

Du moins, c'était sans compter ce malencontreux incident qui semblait n'avoir d'autre raison d'exister que de contredire la moindre de ses convictions. Là, au détour d'un couloir, à l’affût, guettant l'apparition de l'innocent qui n'avait rien demandé – le traquenard l'avait attendue prêt à fendre la destinée comme une épée de Damoclès.

Et il avait l'apparence d'un prince, pour couronner le tout. Certaines rêvent toute leur vie de rencontrer au détour une figure noble accourant à leurs jupons pour leur baiser les mains avec une passion éternelle – mais ces rêveries-là étaient à ceux qui ne connaissaient pas Yuhei Nahzen. Quand on hantait les mêmes couloirs qu'un homme de cette trempe, on redoutait surtout de le voir accourir dans notre sens, car il fallait craindre ce qu'il pouvait s'être passé dans l'autre. Et cette fois, ses a priori ne lui donnèrent pas tort.

Il fallait tout de même lui rendre cela qu'il n'apparut pas d'abord dans son champ de vision, ce qui permit à Měi Yù de s'aventurer jusqu'à sa hauteur sans se douter de rien. C'est sa voix, sa douce voix sans gêne aucune qui la héla depuis ce qui semblait être la fenêtre. Elle fut décontenancée de le trouver là, mais y avait-il vraiment de quoi être surprise ? Un peu, car elle se maintenait obstinément dans l'idée qu'il finirait un jour par mûrir et ne plus causer de tort à ses frères. Elle se figea donc dans son étonnement et resta muette, le temps d'intégrer cette myriade d'informations qui lui tombaient sur le coin du nez. Ce ne fut que lorsqu'il acheva de parler qu'elle se permit une exclamation scandalisée, sans autre intérêt que d'évacuer sa frustration.

« Monsieur ! », lequel aurait pu être aussitôt suivi d'un « que faites-vous de ce côté de la fenêtre ? ».

Une fois que nécessité fut faite, il fallut penser méthodiquement la situation – un blessé, des débris, et la nécessité de cacher cela au reste du monde. Évidemment qu'elle allait l'aider, elle s'en faisait un point d'honneur et n'aimait pas l'idée qu'il puisse être disputé si elle pouvait lui éviter cette peine. Et qui donc était Gérard ? Elle s'engouffra de son côté et passa rapidement la tête par la fenêtre pour constater de ses propres yeux le lieu du drame, ou plutôt la scène du crime. Le blessé, si tant est qu'il n'était pas mort, était visiblement inconscient, gisant au sol suivant une pose bien peu naturelle. Tout autour de lui, du verre et- mais que diable faisait tout ce verre ici ? Si elle n'avait prêté à Yuhei une grande gentillesse ou tout du moins l'absence de méchanceté, elle aurait douté que la chose n'ait pas été intentionnelle. Mais sachant tant ses bonnes intentions que sa maladresse, elle se tourna de son côté tandis qu'elle réfléchissait à comment le sortir de son pétrin.

« Comment diable avez-vous pu vous mettre dans une telle situation ? » s'étonna-t-elle encore, d'une voix soufflée comme voulant crier à voix basse.

Elle soupira, s'imposant le calme – il était inutile d'alerter tout le couloir. Sa « bonne mine » avait tourné à l'expression contrariée. Et comment n'avait-elle rien entendu ? Dieux, si vous l'entendez, dites-lui quels ont été ses péchés pour être arrivée ici la première ? Mais c'était peut-être mieux ainsi. Tout ceci serait résolu en un rien de temps, et il valait mieux pour tout le monde que personne n'en sache rien. Un regard, un brin de concentration, et l'instant d'après, pas un homme ni un débris de verre n'était encore visible sous cette fenêtre. Tout juste manquait-il un fonctionnaire à son poste, si tant est que ce type-là ne soit qu'un employé ou un soldat, et non une personnalité remarquable...

« Monsieur, si vous voulez bien revenir de ce côté, je ne me permettrai pas de vous laisser tomber là, de cette hauteur et sur tous ces débris. Je vais vous aider alors passons par l'escalier. »

Après un dernier regard inquiet pour s'assurer que rien d'anormal n'attirait l’œil en bas, elle se décolla de la fenêtre en lui proposant un appui, quoique de faible hauteur, pour revenir sur le plancher.

© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH
avatar
Aventure : 8

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Invisibilité
Race: Enfant dragon
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ichizoku no kurasshu :: Empire Nah :: Région de Mido :: Palais de l'empereur-