Bienvenue
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Tatoue moi en ton sein ✪ Achevée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Tatoue moi en ton sein ✪ Achevée Mar 28 Juin - 23:00

Sy'Gram Lutèce

“ Pose ton arme, Honey. La fête est finie. ”
Nom : Sy'Gram
Prénom : Lutèce
Sexe :
Âge : 28 y.o.
Clan : Empire de Nah
Rang : SexVassale.
Race : Kitsune

Pouvoir : Charms
La rouquine devient naturellement la dulcinée de tout être, consentant ou non. Pourquoi ? Par la magie des phéromones. Une simple modification la rend essentielle à son interlocuteur. Cette attirance si elle peut n'être que charnelle peut parfois pousser les plus terrible adversaire à déposer par les armes, apaiser un animal mais aussi faire passer un message dans une zone spécifique, par exemple.

Style de combat : Plutôt rapprochée. C'est une experte en art d'esquive et de parade.

Citation :
«Kitsune veille sur les siens.»


Feat Leina the Burning Rose | Ghostblade
Source : Deviantart.

Physique

“ Fauve, de la racine des cheveux jusqu'au bout des orteils. ”
Une odeur de menthe fraiche. Tu ne sens plus que ça, alors que tu plonges dans l’immensité de ses deux grands yeux fait de rubis. Tu t’y noies, fasciné par la lueur sauvage et indomptable tapie à la lisière de son regard. Pourtant, tu t’en détournes dès que tu le peux, le cœur battant à l’idée qu’elle puisse déjà prendre le contrôle. Lentement, tu recules et elle te toise, toi le pauvre hère qui a croisé sa route. Ses prunelles animales donnent un autre aspect à son visage rond, accentuant l’aura de guerrière que renvoie ses myriades de boucles d'oreilles en os, éclipsant des lèvres pleines, charnues, d’un rouge carmin et un petit nez en trompette. L'odeur de menthe devient entêtante autour de toi, te prenant à la gorge et faisant chavirer ton coeur. Elle est jolie, vue comme ça, sans cette lueur effrayante qui se cache au fond de ses yeux. Cependant, tu ne vois que son faux air d’animal prêt à bondir, faisant bouger une musculature qu’on devine à travers les fines attaches de ses épaules et de ses poignets.

Tu ne devrais pas la craindre pourtant. Tu es plus grand qu’elle, pas de beaucoup mais toujours plus, et qui dit plus grand dit aussi plus fort. C’est malgré tout ce petit bout de femme qui te fait trembler, elle qui est insérée dans un carquois de cuir souple à peine suffisant pour la recouvrir entière. Elle est toute en finesse, sans une once de graisse mais sans aucun doute encombrée par les jolies formes et la singulière tignasse rousse-rouge que Kyubi lui a accordé. Dans une autre vie, cette flamme aurait été magnifique en robe de bal et chaussures à talons, à tournoyer au bras d’un gentilhomme du château sur une valse de Rhun. Elle aurait pu être délicate et maniérée, pâle comme une fleur de jasmin qu’on tente de protéger des affres du temps. Devant toi pourtant, son teint basané et son aura bestiale domine toute sa féminité. Pourquoi ? Tu l’ignores mais pourtant, tu continues de l’imaginer coincée dans un corset et une jupe à volant. Tu ne verrais plus l'Irezumi à effigie de Kyubi sur son flan. Ses cicatrices n’auraient peut-être jamais existé, rendant à cette femme sa beauté exotique de descendante du renard à neuf queues. Tu ne verrais plus non plus cet aspect de félin sur le point de dévorer le moindre imprudent qui se dresse sur son chemin.

Lorsque tu sors de ta rêverie, Lutèce n’est plus là. Tu ne l’as pas vu, entendu partir non plus. Son odeur de menthe flotte toujours dans l’air, alors que tu penses encore à cette drôle de supérieure. Tu la trouves surprenante. Impressionnante, aussi. Mais au fond de toi, c’est bien l’envie de fuir qui domine. Parce que son parfum tenu de plante aromatique s’est depuis longtemps marié à quelque chose de primaire, chez toi : l’instinct de survie.

Psychologie

“ De Fauve, je n'en suis que l'apparence. ”
Je la vois comme quelqu’un de singulier. Bien qu’hypothétique réceptacle de Kyubi, elle ne s’est jamais formalisée à ce sujet. Elle n’a rien à offrir à la divinité de particuliers, alors pourquoi s’inquiéter d’être son élue ? Depuis toute petite, elle a toujours réagis ainsi, à l’instar de ses parents et de ses frères et sœurs qui ne souhaitaient plus que faire corps avec le dieu Kitsune, peu en important le prix. Elle s’est toujours ris des siens, parce que ce besoin d’être réceptacle avant d’être n’a tout simplement pas de sens et n’était que le fruit d’une envie irrationnellement nombriliste.
Pour Lutèce, cette histoire d’élu, c’est de la poudre aux yeux qu’on lui a jeté pour faire d’elle un fauve en cage près à éliminer sa propre lignée si sa vie est menacée. C’est pour ça qu’en parlant de famille, jamais vous n’entendrez d’affection ou de respect percer dans sa voix. Son concept lui échappe : Le simple fait de penser à ses géniteurs la rend malade. Ils l’ont élevée, lui ont appris à survivre, l’ont forgée à être un prédateur avant même de songer qu’elle était une enfant ou quoi que ce soit d’autre.

Aussi rattrape-t-elle le temps de son enfance perdu. Vous la verrez toujours souriante, enthousiaste et taquine. Vous la verrez courir dans les couloirs du palais, embêter le service ou s’introduire comme une voleuse dans les quartiers de l’homme qui l’a choisie comme vassale. Vous la verrez même chercher querelle aux généraux et au Roi avec autant d’impertinence que de franc parlé. Elle aime provoquer le chaos autour d’elle, tout comme les engueulades qu’on peut lui servir et auxquelles elle se force à assister sans éclater de rire. La rousse est une véritable petite boule de bonne humeur et de spontanéité qu’il est difficile d’arrêter et de bouder très longtemps tant elle met de cœur à vous rendre le sourire. Lutèce, elle s’entraine et elle persévère parce qu’un jour, elle veut devenir un deuxième soleil pour tous les gens de Nah.
Cette dévotion à l’Empire, elle ne la doit qu’à elle-même. Personne ne l’y a forcée, personne ne lui a dit que Nah était un paradis qu’il fallait protéger à ses risques et périls. Elle l’a décidé seule en parcourant le pays. Elle était jeune, pourtant cette idée lui est restée et s’est ancrée si profondément en elle que la jeune femme et son rêve sont devenu indissociable. Alors Lutèce, elle se bat. Pour les paysages qui l’ont vu grandir, pour les gens qui l’ont aidée, pour tous ces livres de légendes qu’elle adore feuilleter. Et, avant tout, pour toutes ces fois où elle n’a rien pu rendre à ceux qui lui ont tant donné.

Quand elle s’en va en guerre, la rousse n’aime plus la compagnie. Elle s’éloigne des soldats, du camp. Elle dit que c’est pour rappeler à elle son côté animal mais la vérité, c’est qu’elle se prépare mentalement à décimer des gens qui, comme elle, poursuivent un rêve. Elle est pleinement consciente que la guerre est parfois nécessaire, tout comme le sang qu’elle y perdra mais elle n’aime pas ça. Lutèce, elle aime chasser, parce que c’est naturel, parce qu’il est dans l’ordre des choses de prendre une vie pour permettre à une autre de continuer la sienne. Sur les champs de bataille, elle ne chasse pas pour vivre mais pour survivre et c’est ça, qu’elle n’aime pas. C’est certainement pour cela qu’à chaque nouvelle promesse de croisade au fer, elle s’écarte des siens pour mieux perdre l’humanité qui, elle le sait, la ralentira. Elle pense que libérer sa bête justifie ce qu’elle peut faire dans cet état mais c’est faux. Ça ne justifie rien. Au fond, si elle fait ça, c’est pour se protéger elle-même. Aussi ressemble-t-elle à nouveau à un animal en cage, prêt à bondir sur sa proie à chaque fois que le destin l'y force.

L’aspect plus positif de sa vie en tant que vassale, c’est lorsqu’elle entend parler de quête de monstre. Toute petite, Lutèce adorait observer les animaux et ce encore plus depuis que sa magie s’est manifestée. Elle aime ça, faire plier des créatures violentes et dangereuses pour les effleurer. Elle aime aussi les montrer à la famille royale, jouant de ruse pour faire venir toujours plus original aux fenêtres pour détendre l’empereur au milieu de ses montagnes de paperasses. Ce passe-temps la rend d’ailleurs antipathique aux jardiniers et à certains habitants mais elle fait de son mieux pour ne jamais créer de problème. Ce n'est malheureusement pas toujours chose facile : Quantité de bêtise lui passe par la tête et rares sont celles qu'elle ne réalise pas, malgré menace et interdiction. C'est sa petite fantaisie.

Je vais vous dire un secret. Il y a bien un moyen de lier avec la petiote de façon rapide. C’est tout bête mais terriblement efficace. Lutèce, si elle ne pense qu’à amuser la galerie a un seul et unique point faible que peu de gens peuvent se vanter de connaitre : elle raffole des câlins mais encore plus des gratouilles dans le dos. Une seule main à cet endroit stratégique et le fameux fauve devient un tout mignon petit chaton. Le seul inconvénient de cette technique, c’est qu’elle n’aura de cesse de vous poursuivre pour que vous recommenciez et, croyez-moi, vous en aurez marre avant elle.


Histoire

“ De boue, je suis partie et de boue, je reviendrais. ”
Un cri perce le silence du pavillon. Allongée sur ses couches, la mère halète autant de douleur que d’épuisement en fixant la petite créature à la chevelure de feu qui pleure dans les bras de la sage-femme. Le nez froncé, les yeux pleins de dégoût, elle regarde l’être auquel elle vient de donner vie. L’odorat de la femme ne la trompe pas. L’enfant sent Kyubi, elle en a le pressentiment et cette constatation ne lui plait pas. L’élue ne peut pas se trouver dans ce corps frêle de nourrisson. Il mérite mieux. Il mérite plus fort, plus puissant. Il mérite un corps qui pourra secouer le monde jusqu’à son fondement. Un reniflement méprisant accueille l’accoucheuse quand elle lui présente sa fille. C’est à peine si elle daigne regarder les petites mains qui se tendent vers elle, à peine si elle ne se permet pas de balancer l’enfant au sol pour qu’il y meure.

« Elle a vos yeux. »

Ses cheveux plaqués sur le crâne par la sueur, la jeune mère lance un regard assassin à son interlocutrice. Elle n’en a que faire, que cette horrible chose lui ressemble. Tout ce qu’elle voit en cet enfant, c’est un obstacle certain à son rêve. Le rêve d’une majorité des membres de la race qui deviendrait réalité pour elle et elle seule. Cette femme bouffée par l’égoïsme de l’ambition s’appelle Omée. Omée Sy’Gram, fille de l’intendant de la forteresse de Nishi, tombée enceinte par négligence après la fête en l’honneur des dernières conquêtes de Fu Nahzen. Omée Sy'Gram, une femme, une simple humaine qui a l'audace de se prétendre héritière de Kyubi et d'en convaincre tout un chacun alors que ce n'est qu'un mensonge issue d'un esprit perverti par le vice.

« Comment tu veux l’appeler ? »

Tapie dans l’ombre, l’amant d’Omée se décide à quitter l’abri des tentures du lit pour s’approcher. Elle voit la lueur déçue dans son regard. Lui aussi Kitsune, il avait attendu avec impatience savourant chaque cri venu de la renarde avec un amour malsain. Sévère, Shan la toise comme il le ferait avec n’importe quel cloporte ornant sa table. Nul doute qu’il n’avait attendu qu’une seule chose de cette escapade nocturne : qu’une candidate prometteuse à l’incarnation de plus disparaisse. Son vœu n’avait pas été exaucé mais il était satisfait. La simple présence du poupon le rendait presque aussi heureux que s’il était devenu veuf au cours de l’accouchement.

« Cette chose ne mérite pas considération.
- Il s’agit de ta fille.
- Je n’en veux pas. Nous sommes déjà bien assez, nous n’avons pas besoin de nouveau réceptacle à Nah.
- Tu ne réponds pas à ma question. Comment va-t-elle s’appeler ?
- Je m’en moque. Ce n’est pas de mon ressort, fais ce qu’il te plait. »

La sage-femme assiste à la scène, révulsée par la haine presque palpable qui flotte dans la pièce. L’enfant dans ses bras ne bouge qu’à peine, soudainement fascinée par l’éclat rouge feu que lui montre la lune en se déposant sur la chevelure de son père. Lorsqu’elle babille, il fait volteface pour la dévisager d’un œil critique. Shan lui tend une main prude, comme persuadé que la faible petite chose qui gigote dans les bras de sa protectrice peut lui ôter un doigt à tout instant. Pris de fantaisie, il guide la pauvre femme et sa fille vers la paroi de papier et l’ouvre brutalement pour les exposer à l’air frais du soir. Dehors, la pluie fait rage, transformant le paisible jardin de pierre blanche en véritable torrent de boue. L’idée s’impose alors.

« Lutèce. Elle s’appellera Lutèce. » Fait-il distinctement, sentant la colère d’Omée prendre de l’ampleur. Aussi reprend-il dans un murmure. « Et elle sera parfaite. D’une perfection telle qu’elle en détrônera toutes les perles qui se donne à Kyubi. »

*

Les années passèrent. Pas une seule fois, la petite fille à la crinière de feu ne put découvrir la chaleur d’une mère et le réconfort d’un père. Elevée avec la volonté farouche de déplaire autant que possible à son épouse, Shan mit un point d’honneur à faire un chef-d’œuvre de sa petite poupée. Il la chouchouta pendant six ans. Six longues années durant lesquelles il a travaillé son idée, réfléchi à son plan sans relâche en brandissant sa fille comme une arme face à cette femme qu’un mariage arrangé avait jeté dans sa couche. A son dixième anniversaire, il franchit le pas. Sa longue patience fut récompensée. Lutèce apprenait vite, ravie de voir son géniteur toujours plus joyeux au fur et à mesure qu’elle exécutait ses consignes à la perfection. Les rares fois où elle commettait une erreur, il entrait dans une rage si terrifiante que l’enfant ne trouvait rien de mieux que tomber à genoux face à lui pour subir autant ses coups que ses insultes. La rousse ne cessait de se perfectionner, cherchant toujours plus l’amour de son père. Un amour auquel elle n’eut finalement jamais droit. Les années qui suivirent, Omée eut des jumeaux. Deux petits bonhommes de plus dans le grand pavillon des Sy’Gram. Demi-Kitsune, ils étaient si choyé par leur mère que Lutèce s’en retrouva profondément blessée. Ce n’est que lorsqu’elle finit par s’en ouvrir à Shan. Son père en avait ri. Il en avait même tant ri qu’il en avait eu mal aux côtés pendant des heures.

« Ma puce, enfin. Je pensais que depuis le temps tu aurais compris. » Essuyant une larme au coin de son œil, il tenta de reprendre un semblant de sérieux pour continuer. Il tapota la tête de la filette à l’aube de l’adolescence. « Ta mère ne t’aime pas parce que tu es cent pourcent Kitsune, tout comme elle. Tu lui fais de l’ombre, alors elle te hait. C’est aussi simple que ça.
- Et toi, papa ?
- Moi ? » Un sourire, alors qu’il secouait sa tête d’un air navré. « J’aime contrarier ta mère. J’aime la voir bouillonner de rage parce que chaque jour où tu te rapproches de la perfection, elle devient plus vieille et plus lente.
- Ce n’est pas de l’amour, ça, papa.
- Non. Ce n’en a jamais été, de toute façon Lutèce. »

Cette nuit-là, la fillette pleura beaucoup, tourmentée par l’idée que si on lui accordait de l’intérêt, ce n’était rien d’autre qu’une façade. Une façon comme une autre de trainer l’adversaire dans la boue pour se rapprocher du divin. Alors Lutèce se mit à maudire Kyubi et cette folie de devenir réceptacle, jusqu’à la moindre parcelle de son âme.

*

Les temps sont durs. Agée de quatorze ans, Lutèce n’a maintenant plus aucun égard pour sa famille qui s’est encore agrandie. Les Sy’Gram sont maintenant huit : deux jumeaux, quatre filles, un garçon et finalement l’ainée. De toute cette fratrie, seule la moitié sont des Kitsunes pure souche et dédaigné de leur mère. Shan n’a plus de temps pour elle et cultive peu à peu la haine de ces cadet à son égard. Il travaille d’arrache-pied pour que chacun de ses petits renards ne veuillent qu’une chose. Une seule et unique chose. Devenir le meilleur. Le seul et l’unique meilleur, celui qui aura enfin droit à l’estime d’Omée. La jeune femme sait qu’il leur ment mais elle ne s’interpose pas non plus. Délaissée et progressivement devenue paria au sein de sa propre famille, elle décide qu’il est temps pour elle de plier bagage. Un jour comme un autre, elle referme son baluchon sur ses maigres possessions et quitte le pavillon. Elle s’aventure alors à la découverte de la forteresse de Nishi et finit par tomber par hasard sur une note de recrutement pour l’armée, qu’elle empoche sans cérémonie. Le lendemain, elle pousse la porte du recruteur et accepte les longues années d’entrainements qu’il lui promet sans ciller. Pour Lutèce, rien ne pouvait être pire que de retourner chez elle après avoir pris la poudre d’escampette. Elle ne pouvait pas non plus rester en ville, au milieu des civils et tenter une vie normale. Elle ne savait rien faire d’autre qu’aiguiser des poignards et bander un arc, rien faire d’autre que de massacrer une proie sans aucune pitié comme le lui avait inculqué son père.

Si la jeune femme pense que cette vie sera une promenade de santé, elle va vite déchanter. Plus les mois s’écoulent et plus l’entrainement lui en demande. Ses soi-disantes compétences de chasseur se sont vite trouvée dépassée et Lutèce est poussée dans ses retranchements. Elle doit sans cesse être plus rapide, plus précise, plus mortelle. Elle se découvre une passion pour les combats à l’éventail et finit par abandonner l’épée à leur profit. Rapidement, elle fait des progrès et son instructeur, fier, décide de l’envoyer sur le champ de bataille. Il ne pouvait rien lui arrivée, si elle restait en deuxième ligne en tant qu’écuyer de noble. Pourtant son escapade ne se passa pas si bien que cela.
La guerre, c’est quelque chose que Lutèce a détesté à l’instant même où elle a posé son pied sur l’endroit choisit pour la bataille. Elle n’a pas eu besoin de plus qu’un coup d’œil pour voir qu’elle ne se trouvait pas dans une partie de chasse comme elle se l’imaginait depuis le début. Chaque humain sous son nez n’a rien d’autre que l’air près à égorger son adversaire si ça peut lui permettre de passer. En chacun d’eux, la rousse revoit le dédain de sa mère pour toute chose, allant même jusqu’à y retrouver la haine farouche qu’Omée lui vouait dans le regard des soldats. Ce n’est que le jour de l’assaut qu’elle se rendit compte à quel point elle n’était pas loin de la vérité. Bien qu’elle se soit battu bec et ongle au côté de son chevalier, l’armée de Nah fut mise en échec et l’empereur Shozu perdit la vie.


Lutèce gravit les échelons lentement, faisant de son mieux pour renverser la vapeur dans les combats qui paraissaient perdu d’avance. Elle découvrit son pouvoir un peu par hasard lors de ses péripéties. La rousse se détacha peu à peu du chevalier qui l’avait faite écuyère puis chevalière à son tour malgré l’amour presque paternel que lui portait le vieux Zen. Lorsqu’il prit sa retraite, il lui cèda sa place de conseiller, jugeant qu’un joli minois à la table de stratégie pouvait toujours être plus agréable qu’un vieux dégarni. Bataille après bataille, Lutèce brilla par son audace et sa créativité en matière de traquenard. Ses faits d’armes finirent par attirer sur elle l’attention des puissants et la jeune Kitsune se vit proposer quelque chose d’inattendu : à l’aube de ses vingt-huit ans, la rousse devint alors vassale pour le compte de la famille royale.


Derrière l'écran

" Ba-ba-ba-banana-na. POTATOOOOOOO-OOOOOH. "

Pseudo : Lutèce
Prénom : Bai 'An
Âge : 19 y.o.
Commentaire : Nah est une putain de nation de roux, en plus de pas être cochable sur les profils <3



avatar

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Charms
Race: Kitsune
Vassal
Voir le profil de l'utilisateur
Aventure : 19
Localisation : Là où pousse la foudre *PAN*
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tatoue moi en ton sein ✪ Achevée Sam 2 Juil - 14:20

Hello et bienvenuuuuuuuuuuue !

J'aime ton perso, ton écriture et ton pouvoir ! Tu pues la classe
Sinon je te demanderais juste une unique petite modif sur ton histoire avant de valider. Un Kitsune est désigné par Kyubi, autrement la mère de ton perso ne peux pas être kitsune et enfanter d'un kitsune. C'est Kyubi lui meme qui décide de désigner un enfant comme élu et éventuelle futur dieu. Voili voilou modifies ça et c'est tout bon

__________________________

avatar

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir:
Race:
Reine d'Elwynn
Voir le profil de l'utilisateur
Aventure : 105
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tatoue moi en ton sein ✪ Achevée Sam 2 Juil - 16:02

Merci ♥

C'est gentil, je suis heureuse que le personnage plaise :3 (si tu dis que je pues la classe, c'est que j'ai remplie mon pari ahaha.)

J'ai modifié le paragraphe de la mère. Je me sens bêta, j'étais persuadée qu'une Kitsune pouvait enfanter et que seulement quelques un de ses enfants pouvaient être pris par Kyubi au petit bonheur la chance. Du coup, voici ce qui a été modifié/ajouté :

Modification:
 
avatar

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Charms
Race: Kitsune
Vassal
Voir le profil de l'utilisateur
Aventure : 19
Localisation : Là où pousse la foudre *PAN*
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tatoue moi en ton sein ✪ Achevée Sam 2 Juil - 16:55

Première validation...
Heart


Hey !

Je t'offre ta première validation après la lecture de ta fiche.

La prochaine validation t’octroiera le nombre de points donné pour ta fiche personnelle et tu auras accès a l'intégralité du forum, bonne chance

J'aime beaucoup la qualité de ton écriture et ton personnage.

ps: tu es un vassal tu dois donc choisir ton maître parmi la famille impériale, tu as pour le moment Shu et Yuhei comme choix et on va bientôt accueillir une princesse.

Amuse-toi bien sur le forum et n'hésite pas a demander au staff si tu as des questions ou un problème.
(c) Belial Ramneister


avatar
Roi des ténèbres
Voir le profil de l'utilisateur
Aventure : 67
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tatoue moi en ton sein ✪ Achevée Sam 2 Juil - 16:56

VALIDATION FINAL
par une petite reine aux cheveux rose


Re-coucou toi  
Je t'offre ta seconde validation après re-lecture de ta jolie fiche. Rien à dire, j'aime ton perso  
Tu gagne un total de 2200 points.

Tu peux a présent faire ta fiche technique en cliquant ici

Faire ta fiche de relation en cliquant ici

Et pour finir faire une demande de rp en cliquant ici

Amuse-toi bien sur le forum et n'hésite pas a demander au staff si tu as des questions ou un problème.
(c) Belial Ramneister



__________________________

avatar

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir:
Race:
Reine d'Elwynn
Voir le profil de l'utilisateur
Aventure : 105
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Tatoue moi en ton sein ✪ Achevée

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Tatoue moi en ton sein ✪ Achevée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi la discrimination au sein de la presse haitienne?
» Quel est le role d'un presume bandit au sein de la CND?
» 03.Au sein de chaque monstre se cache un coeur
» Suspicion au sein de l'île ~ L'arrivée d'une Cipher Pol {Shaï} [Terminé]
» Le malaise regnerait au sein de la police...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ichizoku no kurasshu :: Administration :: Les présentations :: Présentations validées :: Nah-
Sauter vers: