Un duo pour un crime parfait [Ft. Ozorä Orman]

 :: Les terres d'Elwynn :: Territoire des Rhûns :: La cité blanche :: La haute-ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 21 Mai - 14:17
Un duo pour un crime parfait

ft.



En cette belle nuit, il était dans la haute cité des Rhûns. Il marchait des les rues, recherchant une personne du regard. Belial se fondait dans la masse en étant habillé de façon simple, mais sombre. Il détaillait chaque personne pour voir si la personne en question correspondait à la personne qu'il recherchait. Cependant, il ne connaissait pas la demoiselle qu'il recherchait et cela lui compliquait la tâche. Oh, son collègue lui avait donné une description rapide, mais .... Ce n'était pas suffisant pour la trouver du premier coup. Il s'était trompé quelques fois auparavant.

Pourquoi est-ce qu'il recherche une jeune femme ? Et bien cette jeune femme, qui était un vampire, tout comme lui, allait pouvoir l'aider. Car oui, il n'était pas venu pour l'assassiner. On peut-être un assassin sans forcément tuer chaque personne qu'on recherche. Il devait trouver là vampire car elle pourrait lui donner le nom d'un futur coéquipier qui pourrait grandement l'aider dans son futur assassinat.

Mais non, son futur coéquipier n'allait pas l'aider à tuer quelqu'un. Il allait simplement dépouiller la maison pendant que lui tuer la cible. Car oui, il n'avait que faire des objets qui se trouvaient dans la maison. La prime du meurtre lui suffisait et Belial était un noble dans le passé. Mais cela ne voulait pas dire qu'il n'avait pas conservé un seul sous de son passé. De ce fait, il décida que quelqu'un devait voler à sa place.

Il ne pouvait pas prendre le premier venu, car il pourrait très bien le dénoncer ou vantait le fait que c'était un meurtre qu'ils avaient parfaitement maquiller en vol qui a mal tourné. Et ce n'était pas ce qu'il cherchait. Il devait trouver quelqu'un de confiance. Car il devait faire passer se meurtre pour un accident. Allez savoir pourquoi. Il fait simplement ce qu'on lui demande.

C'était pourquoi, il cherchait la demoiselle et elle était assez difficile à trouver car on lui avait dit qu'elle se baladait énormément dans Elwynn. Mais on lui dit qu'elle se trouvait par ici en cette nuit, de ce fait, il s'y précipita. Il n'avait pas le choix d'y croire. Elwynn était grand et si cela s'avérait vrai, il préférait chercher dans un lieu précis que dans les abysses d'Elwynn.

Belial avait demandé à quelques personnes s'ils n'avaient pas vu la demoiselle, racontant des mensonges et certains lui répondirent. Soit de façon négative, soit de façon positive. Mais généralement de façon négative. Ce qui le fit tiquer. Mais après un long moment de recherche, il finit par la trouver. Il s'approcha doucement de l'informatrice et il finit par l'interpeller.

„Seriez-vous Mademoiselle Orman ? ”

Oui, Belial était quelqu'un de poli, malgré qu'il soit un assassin. L'albinos était en face d'une jeune femme avec une chevelure noire et des yeux rouges, comme on le lui avait dit. Elle paraissait un peu petite face à son mètre quatre-vingt-sept, mais c'était normal en même temps. Elle semblait être une demoiselle adorable, de ce fait, il se demanda s'il ne s'était pas trompé, mais on lui avait toujours dit de se méfier des apparences.
Chef de guerre
avatar
Aventure : 55

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir:
Race:
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Sam 21 Mai - 17:37
Bonnie and Clyde
«   Belial  &   Ozorä   »


La citée blanche est un endroit charmant, que ce soit pour ses habitants, pour sa belle apparence ou encore son coté un peu bourgeois. Le soir, la ville se vêtit parfois de ses vêtements de fêtes, rendant les rues animées sous les lueurs des vitrines encore éclairées et des auberges bruyantes ou l'on entend de loin la bonne ambiance autour de choppes bien garnies qui s'entrechoquent. Dans les rues résonnent les chants et les rires bien arrosés, ce qui avait le don de me faire sourire. Ça me rappelle l'endroit ou j'ai grandi, ou j'ai commencé à prendre gout aux histoires et ce qui m'a poussé à partir à l'aventure: ce qui a fait de moi ce que je suis maintenant.
Vous me direz ... je m'en plaint pas , au contraire ! On m'avait donné rendez-vous dans le coin pour un échange un peu plus tôt dans la journée. Quelques informations contre un peu d'argent. Enfin un peu... On se comprend !
C'est par la même occasion et la même personne que j'avais entendu dire qu'on me cherchait. Un homme grand qui dépassait peut être le mètre quatre-vingt, cheveux blancs  et yeux rouges, vêtements sombres sans pour autant être suspect. A la description, ce n'était pas un de mes clients réguliers... peut être un nouveau qui sait.

Assise sur un muret, je regardais la rue se vider petit à petits sans pour autant être désertes. Je profitais de ce moment pour me mêler à la foule, frôlant quelques personnes au passage pour leur prendre un petit quelque chose: Un jeu d'enfant . Certains disent que c'est mal, que c'est immoral ... Je n'ai jamais dit le contraire. Moi aussi je trouve ça malhonnête... mais c'est tellement amusant~
Bon je ne suis quand même pas la pire des saloperies, je vais quand même pas prendre a quelqu'un qui a peu : ma bêtise à ses limites.
Bref, après quelques bourses en poche, je me retirais de la grande rue pour faire le compte dans un endroit un peu plus calme.

Je pris place, assise en tailleur sur de grandes caisses en bois entre deux étalages de magasins dans une rue plus calme et sorti ce que j'avais pour faire le compte. Bourse et bijoux étaient au rendez-vous. J'examinais mon butin avant de tout remettre dans ma veste, contente de ma journée. J'allais pouvoir me payer une bonne chambre et un bon repas, rien que ça me rendait heureuse.

C'est au moment où j'allais descendre de mon perchoir qu'un homme s'arrêta devant moi.  Je le fixais pas plus surprise que ça, en même temps, je l'attendais, ce fameux personnage. Effectivement, En plus d'être beau garçon il correspondait à la description que l'on m'avait faite. C'était la première fois que je le voyais, sinon je m'en serais souvenue. C'est avec un air calme et posé qu'il m'aborda:

"Seriez-vous Mademoiselle Orman ? "

Bien poli en tout cas, j'avais plus l'habitude de croiser des gens de son genre à mon plus grand regret. Je l'examinais du regard, toujours assise sur ma caisse pour être un minimum à sa hauteur:

"Eh bien vous en avez mis du temps... Je suis si compliquée que ça à trouver ? "

Je laissais échapper un petit rire, il ne semblait pas être là pour un règlement de compte ce qui était déjà un bon début. Je me doutais bien qu'on ne lui avait pas forcément dit du bien sur moi . Mais qu'importe ? Je ne suis qu'une emmerdeuse avec ceux qui le méritent et j'assume parfaitement.
Je continuais de le regarder avec le sourire, il semblait être quelqu'un d'agréable alors autant donner bonne impression:

"Enfin oui c'est bien moi. J'ai entendu dire que vous aviez quelque chose à me demander. Les nouvelles vont vites. Je suppose que je n'ai pas besoin de me présenter... Vous en revanche, si je pouvais au moins connaître votre nom j'en serais ravie~"

Je me penchais un peu pour continuer à l'examiner du regard. Je ne savais pas pourquoi, mais quelque chose me disait  que j'allais bien m'amuser.


avatar
Aventure : 276
Localisation : Surement pas loin

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Agilité
Race: Vampire
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Mai - 6:28
Un duo pour un crime parfait

ft.

Ozorä émit un petit rire cristallin une fois qu'elle eut fini de parler. Sa réponse venait de lui confirmer son identité. Il fut rassuré de l'avoir trouver après un petit moment de recherche et puis, cela l'embêterait qu'elle ne soit pas là. Il avait peut-être mis du temps à la trouver, mais avez-vous déjà cherché quelqu'un que vous ne connaissez pas ?  C'était compliqué. Surtout lorsque la description était vague.

Mais cela aurait pu prendre plus de temps s'il ne connaissait pas son nom. Comment aurait-il fait pour la trouver ?  Belial n'osait même pas imaginer. Mais il avait fini par la trouver et c'était tout ce qui compte dans l'instant présent.

„ Vous savez, chercher quelqu'un qu'on ne connaît pas est difficile. Surtout si on vous donne une description des plus approximatif. Et puis, vous êtes quelqu'un qui semble beaucoup se déplacer, alors je me sens chanceux de vous avoir trouver. ”

Le vampire argenté regarda la jeune femme droit dans les yeux, adressant un petit sourire à mademoiselle Orman, comme il l'avait si bien dit. Il n'avait pas eu besoin de baissé sa tête car la jeune femme avait presque sa taille en étant assise sur sa caisse. Mais il lui manquait quelques centimètres, mais ce n'était qu'un détail parmi tant d'autre. Il semblerait que celle-ci le détaillerait. Cela n'était pas trop grave. Lui-même l'avait fait.

Il était vrai que les nouvelles allaient vite. Certaines commères et pipelettes s'en donnaient même à coeur joie. Mais Ozorä devait avoir son petit réseau d'informateur, alors cela n'était pas étonnant et il aurait dû s'y attendre.

Son nom ? Devait-il lui donner son vrai nom ou donner un patronyme qu'il inventerait dans quelques instants. Mais... Il devait montrer qu'il était de bonne foi. Ce qui favoriserait ses chances à ce qu'elle lui donne le nom d'un bon complice. Et puis.... Si c'était le cas, la demoiselle pourrait devenir son informatrice principale, si jamais elle lui fournissait de bonnes informations et puis, il n'en avait pas. Or, s'il se décidait de revenir la voir, il était mieux de donner son vrai nom.

„ Il est vrai que je connais déjà votre nom. Un collègue me l'a donné en vous conseillant vivement de nombreuse fois. Je suis Belial. Belial Ramneister. Enchanté mademoiselle Orman. ”

Il l'avait dit en faisant une petite révérence en faisant un petit sourire charmeur. Peut-être pas aussi digne que certain de ses frères. Le vampire albinos s'était montré une nouvelle fois poli. Peut-être un peu trop pour un assassin. Mais il n'était pas simplement un assassin. Il y avait aussi Belial, l'ancien noble.

„ Je pense que vous savez que je suis ici pour vous soutirez quelques informations. Évidemment, vous serez payée. ”

Il ne comptait pas lui soutirer l'information et partir en lançant un simple merci. Et puis, la demoiselle ne l'aurait pas laissé faire. A ce qu'on lui avait raconté, Ozorä pouvait être une grande emmerdeuse. De ce fait, il ne préférait pas éveiller ce côté là. L'argenté prit une mine sérieuse après cela.

„ Si vous le permettez, parlons affaire maintenant. ”

Belial regarda dans la ruelle s'il n'y avait personne. Non. C'était calme. Il pouvait donc en parlait en paix. Il ne pouvait pas se permettre que quelqu'un les espionne.

„ Je suis à la recherche d'un complice. ”

L'argenté laissa quelques secondes à la demoiselle pour qu'elle puisse commencer à réfléchir. Il croisa les bras, avant de continuer à parler une nouvelle fois.

„ Un complice qui pourrait tenir sa langue sur le futur méfait qui s'annonce. Il n'a pas besoin d'être extrêmement fort. Juste rapide et discret. ”

Pendant quelques secondes, il hésita à continuer. Devait-il lui révéler que son complice devait voler, pendant que lui tuerait quelqu'un ? Ou devait juste lui dire que son complice devrait simplement voler ? Il hésita quelques secondes avant de continuer dans sa lancée.

„ C'est pour un vol. ”

Belial avait dit la vérité à l'adorable vampire, mais il avait simplement omis le détail le plus important. Ce vol avait simplement pour but de masquer un assassinat. Et puis, Il révélerait cette information à son complice, si celui-ci lui pose la question. Les minutes passèrent et l'homme presque centenaire parla encore.

„ Un nom vous viendrez à l'esprit ? ”

Chef de guerre
avatar
Aventure : 55

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir:
Race:
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Dim 22 Mai - 16:36
Bonnie and Clyde
«   Belial  &   Ozorä   »


L'albinos semblait soulagé d'avoir enfin réussit à me mettre la main dessus. Visiblement, il avait eu vent de mes déplacements constant et irréguliers. Que voulez vous: La richesse et les histoires sont de partout, et quand on ne vient pas à moi, c'est moi qui viens à elles. Je suis un véritable électron libre qui va ou bon lui semble, et ça me convient parfaitement. Je regardais mon interlocuteur toujours assise sur ma caisse, balançant légèrement mes jambes en attendant sagement qu'il se présente à son tour. J'aime savoir à qui je parle... Non en fait j'aime savoir tout court!
C'est toujours avec politesse et un sourire charmeur que l'albinos se présenta:

"Il est vrai que je connais déjà votre nom. Un collègue me l'a donné en vous conseillant vivement de nombreuse fois. Je suis Belial. Belial Ramneister. Enchanté mademoiselle Orman."

Je pris un léger air surpris. Ramneister, j'avais déjà entendu ce nom une fois. Si je m'en souviens ? Bien entendu... comme si ça m'arrivait d'oublier quelque chose. Enfin, j'avais entendu parler de ce nom dans ses fameuses histoires de tavernes qui ressemblent plus à des réunions commérage autour d'une tablée bien arrosée.  Je n'en savais pas grand chose, simplement que c'était une noble famille de vampires fortunée. Normalement, je me méfie des commérages, mais cela expliquerait son comportement, sa politesse... Cette hypothèse était à vérifier. Ce qui est sûr, c'est que visiblement, on avait des petits potes en communs. J'étais contente de savoir que le bouche à oreille marchait bien: Plus j'ai de clients mieux c'est.
Après un moment de réflexions, je repris un air  un peu plus calme sans pour autant me débarrasser de mon sourire.

"Je pense que vous savez que je suis ici pour vous soutirez quelques informations. Évidemment, vous serez payée. "

Oui , en même temps je me doute bien qu'il n'était pas venu pour m'acheter des tomates ou pour me demander de venir faire le ménage dans son salon...Et bien évidemment qu'on me paye : Avec moi rien n'est gratuit, tout à un prix~
Il prit un air un peu plus sérieux et estima qu'il était temps d'entrer dans le vif du sujet. Il s'assura que personne n'entendent en jetant un coup d’œil à ses arrières, ce qui était signe que ça allait enfin devenir plus intéressant. La première chose à retenir était "Complice", ce qui, dans la liste que j'avais en tête en éliminait plus d'un. Oui , je connais beaucoup de monde, mais rares sont ceux à qui l'on peut faire confiance. Pour la plupart ce sont de petits filous qui vendent la mèche dès qu'ils en ont l'occasion. Ils ne sont pas très malin et seraient plus des boulets qu'autre chose. Il continua ses explications, je croisais les bras comme pour réfléchir. La liste s’amincissait, je barrais les noms dans ma tête au fur et à mesure. Rapide , discret... qui sache tenir sa langue: il me restait que quelques noms en têtes de personnes suffisamment compétentes, mais elles étaient malheureusement rares.
Mais c'est sa petite précision qui élimina les quelques noms restants:

"C'est pour un vol. "

Pendant un instant, mes yeux se mirent à pétiller. Alors là ça change tout ! Un vol en bonne compagnie: qui refuserait ... à part les gens normaux ? Cette proposition semblait alléchante. La seule chose qui m'interpella était le contexte. Pourquoi demander de l'aide pour un vol ? Les voleurs sont radins, ils préfèrent agirent seuls pour un butin plus conséquent, ou alors il fallait avoir un partenaire avec qui on pouvait éventuellement accepter de partager les biens. Faire le guet pendant le vol ? Pas besoin d'être rapide et discret... enfin pas forcément. En tout cas, je savais maintenant qui choisir. C'est avec un petit sourire et un air ironique que je révélais le nom de l'heureux élu:


"Il me semble avoir la personne qu'il vous faut~! Elle s'appelle Ozorä Orman... les vols c'est sa spécialité. De ce que j'ai compris, elle rode dans le coin en ce moment alors il vous reste plus qu'a la trouver, je suis sûre qu'elle en serait ravie. Il lui arrive d'être casse pieds, mais vous verrez on s'y habitue, elle est adorable dans le fond! "

Je m'étirais de tout mon long après cette petite blague, toujours avec le sourire:


"Bon plus sérieusement. Je me porte volontaire. Je pense être assez rapide et discrète, sinon ça ferait longtemps que je serais en train de scier les barreaux d'une prison avec une lime à ongles. M'enfin après j'ai encore deux noms en tête, mais ils ne sont pas dans le coin. Si vous voulez agir dans l'immédiat vous n'aurez pas trop le choix. Quant à moi je suis disponible dès maintenant"

Je n'aimais pas me venter, mais je n'avais pas vraiment tort. Personne n'a réussit à m'attraper jusqu'à maintenant, c'est bien parce que je suis douée dans mon domaine non ? J'ai des capacités, je me contente de les exploiter et d'en tirer profit. Toujours assise sur mes caisses, je regardais Belial dans le blanc des yeux, sûre de moi... j'allais quand même pas laisser cette offre me filer sous le nez! :

"Tant que je peux prendre ce qui me chante cela me convient.C'est pas tous les jours qu'on me propose un buffet à volonté... puis vu que vous venez de me mettre de bonne humeur, je vous fais cadeau de l'info... à condition que vous m'acceptiez comme partenaire le temps d'un soir~"

Je descendis de mon perchoir pour me mettre devant lui levant la tête pour continuer de le fixer et tendant la main pour clore l'affaire, en espérant l'avoir convaincu :

"Libre à vous de refuser. Alors... marché conclus ?"

[/color]
avatar
Aventure : 276
Localisation : Surement pas loin

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Agilité
Race: Vampire
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ven 27 Mai - 15:15
Un duo pour un crime parfait

ft.



Belial arqua un sourcil. Elle ? Comme complice pour ce crime ? Était-elle me complice qu'il recherchait ? Pas qu'il doutait de son choix... Quoi que légèrement. Il ne doute pas qu'elle soit discrète et rapide, puisqu'elle serait en prison sinon pour ces petits vols. Mais c'était bien là le problème. Elle avait déjà entendu parlé de la demoiselle et de ces petits vols, mais il semblerait qu'elle n'ait jamais été impliquée dans une telle histoire. Changerait-elle d'avis si jamais il lui annonçait que cela était pour couvrir un meurtre ? Il ne sait pas.

Pourtant, si elle se proposait, c'était qu'elle avait confiance en ses compétences et qu'elle ne connaissait pas mieux. Enfin si, mais il n'était pas dans la ville. De ce fait, c'était la seule qui était disponible. A moins qu'il aille chercher les autres. Mais il ne voulait pas chercher quelqu'un d'autre une seconde fois.

Et puis. Saurait-elle tenir sa langue après tout ? N'irait-elle pas le dénoncer au purgatoire ? Mais si cela devait arriver, il la fera taire, comme les précédentes personnes qui ont voulu le dénoncer. Mais cela serait fort dommage.

Bon. S'il l'acceptait, l'information lui serait un bon point déjà. Lorsqu'elle descendit de son perchoir, elle leva sa tête, tendant sa main pour conclure le marché. Belial, baissa la tête et finit par la serrer.

„ Évidemment que vous pourrez prendre ce que vous souhaitez. Alors marché conclu. ”

Le vampire argenté relâcha la main de sa complice. Il venait tout deux de passer un marché et il espérait qu'elle le respecte. Le jeune homme recula avant de faire signe qu'elle devait le suivre. Il allait la mener à leur cible, pour pouvoir la briefer rapidement.

„ Venez. Je vous brieferais sur le chemin.

Ils traversairent quelques ruelles avant que l'aîné ne parle à nouveau. Il allait rapidement lui parler de la mission. Ou du moins une partie.

„ C'est un homme d'influence que nous volerons. Il y aura des gardes du corps, évidemment. Mais je m'en occuperais. On passera par l'arrière de la maison. Puis je m'occuperais de ceux qui seront à l'intérieur. ”



Chef de guerre
avatar
Aventure : 55

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir:
Race:
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Sam 28 Mai - 0:23
Bonnie and Clyde
«   Belial  &   Ozorä   »



"Évidemment que vous pourrez prendre ce que vous souhaitez. Alors marché conclu."

Aaah~cet homme sait parler aux femmes ! Enfin celles dans mon genre~
Visiblement pas très convaincus au départ, c'est après mûres réflexions que l'albinos me serra la main pour conclure le marcher. En même temps il ne me connait pas, je ne le connais pas non plus. A part les rumeurs, il ne sait rien sur moi. Les rumeurs ne sont pas fiables, c'est pour ça que j'aime toujours les vérifier même si la plupart du temps on est déçu de connaître la vérité, je cours bien plus vite qu'elles: elles ne m'échappent jamais!
C'est d'un signe de main que Belial me fit signe de le suivre. C'est sans attendre que je commençais à marcher à coter de lui , les mains dans les poches de ma veste avec un air décontracté, comme si nous faisions que nous promener. On traversait les ruelles qui commençaient à se faire vides, où le calme reprenait possession des lieux:


"C'est un homme d'influence que nous volerons. Il y aura des gardes du corps, évidemment. Mais je m'en occuperais. On passera par l'arrière de la maison. Puis je m'occuperais de ceux qui seront à l'intérieur.  "

Je me contentais écouter, de me souvenir, d'enregistrer. Vu comme il parlait des gardes, il semblait expérimenter... dans les vols ? Les meurtres ? ça je ne le savais pas encore...Mais une chose était sûre : il n'avait pas peur de viser haut. Ça tombe bien: Moi non plus ! Tant que je pouvais me servir, ça m'allait. De plus, il avait l'air d'être un homme costaud et débrouillard, au moins, en cas de problèmes on avait une chance de s'en sortir facilement. J'avais encore quelques questions en tête, mais je les gardais pour moi, il valait mieux attendre un peu ou le découvrir soi-même:

"Bien...  Une grande résidence je suppose. Le nombre de gardes on le connait ? Et l'heureux propriétaire, je suppose que vous vous en chargerez aussi ? Il vit seul ? Pas de femmes ni d'enfants ?"

Je n'en dis pas plus, le reste de mes questions, je les gardais pour plus tard.  Je continuais de le suivre dans ses rues familières que j'avais l'habitude de traverser quand je venais ici. J'en connais chaque recoins, chaque cachettes. S'il fallait fuir en vitesse, je savais exactement ou aller, ce qui était déjà un plan de secoure : On est jamais à l'abri de petits imprévus.
Toujours en marchant, je planifiais des plans, je restais silencieuse, mais je gardais toujours le sourire. Mais j'avais cette question qui me trottait dans la tête, je jouais cartes sur table, encore et toujours avec cet air naturel et décontracté :


"Soyez franc... Il possède quelque chose en particulier que vous souhaitez récupérer ou votre but est-il tout autre ?"


avatar
Aventure : 276
Localisation : Surement pas loin

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Agilité
Race: Vampire
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Mai - 4:51
Un duo pour un crime parfait

ft.

Belial eut un sourire malicieux. Sa complice posait les bonnes questions. Il avait déjà eu des camarades pour des assassinats il y a fort longtemps. Mais, ils n'étaient pas forcément très futés et posaient souvent des questions qui étaient à côté de la plaque, qui le désespérait grandement et finissait la mission seul. De ce fait, il était heureux qu'elle soit assez futé. Et puis, il s'était dit qu'il avait bien fait de prendre Ozora comme complice. Il pensait même que s'il devait recommencer, l'argenté irait la voir à nouveau,

Dans la résidence, il y avait une vingtaine d'homme. Mais la majorité gardait l'extérieur pour pouvoir empêcher un intrus d'entrer. Donc, il était difficile d'y entrer. Pourtant Belial avait trouvé quelques moyens d'entrer. Ils allaient utiliser la plus facile, mais ils devaient être rapide. Certains tours de gardes laissaient l'arrière de la maison sans surveillances pendant plusieurs minutes. Et puis, cela faciliterait la tâche lorsqu'ils seraient à l'intérieur. Belial réfléchit et se souvint qu'il vivait seul. Il semblait que ce politicien préférait les compagnies d'une nuit, ne voulant point s'encombrer d'enfants ou d'une femme qui pourrait l'énerver. Un loup solitaire quoi.

„ Oui. Ils sont une vingtaine. Mais la majorité se trouve à l'extérieur. Donc on en croisera que très peu une fois à l'intérieur. Si vous en croisez un, je vous conseille fortement de vous cachez. Pour le propriétaire, ne vous faites aucun soucis. Non, il n'a ni enfants, ni femme. ”

Il avait parlé de façon posé et calme, ce qui montrait que le vampire avait l'habitude de ce genre de situation. En même temps, c'était son métier. C'était une de ses nombreuses fonctions en fait. Il a été assassin, espion, voleur et il en passait. Belial avait un beau palmarès de crime, peut être pas aussi élevée que les démons. Le vampire regarda autour de lui, cherchant les ruelles qui allaient les mener vers la résidence de façon discrète. Il devait éviter de se faire remarquer car une prime avait été mise sur sa tête et cela pourrait le lier au meurtre. Et puis, cela évitera à la demoiselle d'être recherchée ou encore plus recherchée, si elle l'était. C'était étonnant d'ailleurs qu'il se préoccupe de sa partenaire.

Ozorä lui posa une question, qui le surprit. La jeune vampire avait décelé qu'il était la pour autre chose. Belial s'arrêta quelques secondes, dû à sa surprise. Après  quelques instants, ils continuèrent à marcher vers la résidence. Belial se dit qu'il l'appréciait. La demoiselle était maline et n'avait pas peur.

„ Vous êtes maline mademoiselle. Il est vrai que je ne suis pas là pour un simple vol. ”

L'assassin fit une pause avant de parler à nouveau. Il passa ses mains dans ses poches et regarda sa compatriote, baissant donc du regard pour lui parler. De plus, cela montrait qu'il était honnête.

„ Je suis là pour un meurtre.  Le vol sert qu'à maquiller le meurtre en accident. Un vol qui aurait mal tourné. ”

Il lui laissa le temps de digérer l'information. Belial ne savait pas vraiment comment elle réagirait. La demoiselle, très maline, pourrait prendre peur et ne plus vouloir le suivre dans cette quête. Il serait déçu d'ailleurs si elle s'arrêtait ici. L'assassin s'arrêta une nouvelle fois et regarda Ozorä.

„ Mademoiselle Orman. Je comprendrais que vous voudriez vous arrêter là. Mais si vous vous arrêtez, il faudra tenir votre langue sur ce meurtre. ”

L'ancien noble comprendrait si elle s'arrêtait, mais elle devait tenir sa langue. Il n'avait pas vraiment envie de la tuer. Bon. Il n'avait envie de tuer personne, mais Belial devait bien gagner sa vie.

„ Si vous décidez de continuer l'aventure. Nous parlerons de la façon dont nous infiltrerons dans la résidence. ”
Chef de guerre
avatar
Aventure : 55

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir:
Race:
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Mai - 20:55
Bonnie and Clyde
«   Belial  &   Ozorä   »


C'est toujours avec un air naturellement calme que mon partenaire répondit à ma question. Il semblait visiblement bien informé, chose rassurante. Une vingtaine d'hommes, cela allait donner du fil à retordre, mais ça pouvait être amusant. Seul, sans famille, penchant pour les compagnies d'un soir... Je pouvais déjà imaginer le genre de personnage que notre homme pouvait être: Égoïste, exécrable, le genre de personnage qui tire profit de sa place dans la société grâce aux magouilles. M'enfin, il faut de tout pour faire un monde... même des cons!
Après je pouvais toujours me trompet à son sujet , mais en tout cas c'est l'image que j'avais de cet individu.
Me cacher à la vue des vigiles, cela ne devrait pas être trop compliqué. Courir et me cacher est bien un art dans lequel j'excelle. En même temps, quand on ne peut compter que sur son habilité et sa mémoire on a pas trop le choix. Mais mon complice semblait sûr de lui et loin d'être stupide, ce qui me mettais en confiance, ce qui me rassurait.
C'est après ma deuxième question que l'albinos s'arrêta. Je fis comme lui avant de le fixer. Il semblait  surpris, et réfléchit un instant avant de continuer à avancer:

"Vous êtes maline mademoiselle. Il est vrai que je ne suis pas là pour un simple vol. "

Bien entendu... sinon je ne serais pas là. Et puis je procède toujours comme ça. On me parle, je décortique, je fouille , j'examine et je trouve. C'est un travail minutieux, il faut examiner chaque mot, mais aussi les geste. Ça demande beaucoup de réflexion et de rapidité mais on s'y habitue à force. Je le regardais avancer, il eut un moment de silence avant de continuer:

"Je suis là pour un meurtre.  Le vol sert qu'à maquiller le meurtre en accident. Un vol qui aurait mal tourné. "

J'avais visé juste. Il y avait d'autres possibilités que le meurtre, mais j'y avais pensé... ce fut l'une des premières choses qui m'étaient venu à l'esprit. En même temps quand on viens me voir, c'est rarement pour faire du bien aux autres.
Je continuais de le fixer, toujours avec un air calme et posé. Il semblait dire ça dans le plus grand des calmes, comme si cela ne lui faisait ni chaud ni froid, calme, Insensible, comme s'il parlait de quelque chose de banal, d'une routine... je dirais même "professionnelle" . Son métier ? Possible... Ou alors une vengeance longuement réfléchit. Un "ancien" noble peut avoir beaucoup d'ennemis, dans ce monde là, il y a beaucoup de monde à faire taire... enfin faudrait-il encore qu'il en soit, ou qu'il en fut un:

" Mademoiselle Orman. Je comprendrais que vous voudriez vous arrêter là. Mais si vous vous arrêtez, il faudra tenir votre langue sur ce meurtre.  Si vous décidez de continuer l'aventure. Nous parlerons de la façon dont nous infiltrerons dans la résidence.  "

Il me fit sourire. Je lâchais un petit soupire, amusée.  C'est comme s'il s’inquiétait pour moi, ce serait bien la première fois venant d'un client. Ce n'étais pas mon genre de rebrousser chemin. Une fois lancée, rien ne m'arrête: Il suffit de bien réfléchir avant d'agir. Ce genre de choses se planifie et c'est ce que j'avais fait. Je continuais d'avancer à ses cotés tout en regardant devant moi:


"Qu'est-ce que vous croyez...? Je ne serais pas là sinon. Je suis bien trop curieuse pour renoncer. Et puis cet homme... Que j'intervienne ou non il est condamné, ce n'est pas moi qui vais le sauver. Alors bon,c'est peut être égoïste à dire: Mais autant en profiter."

C'est vrai. Peut importe mes actions: Que je rebrousse chemin, que je l'en empêche ou que je vienne, le résultat restera le même. Je suis pas assez costaude pour défier L'albinos, il me maîtriserait et m'éliminerait sans difficultés.
Je le suivais au pas, délogeant les mains de mes poches pour étirer mes bras devant moi:

"Et puis vous semblez être quelqu'un d’intéressant~ Et je ne suis jamais contre passer une soirée en bonne compagnie, surtout quand on parle affaires!"

C'est vrai. Je ne savais rien de lui, alors c'était l'occasion de donner un petit digestif à ma curiosité en ce qui était pour le moment, une paisible nuit. Je laissais échapper un petit rire avant d'ajouter:


"Bien...Alors ? Je vous écoute! Quel est votre plan ?"


avatar
Aventure : 276
Localisation : Surement pas loin

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Agilité
Race: Vampire
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Juin - 13:59
Un duo pour un crime parfait

ft.

Belial regarda d'abord la demoiselle, d'un air légèrement étonnée par l'égoïsme de la demoiselle pour ensuite affichait un sourire, qui pourrait sembler malsain pour certain. Il allait pouvoir tuer cet homme comme il l'avait prévu et ils pourraient rentrer tranquillement chez eux. Ils pourraient même rentrer sans égratignures si tout ce passait plus que bien. Et il avait peu de doute par rapport à cela. Il était rare qu'il doutait sur un plan qu'il avait mis en place d'ailleurs.

„ La curiosité est un bien vilain défaut mademoiselle Orman. ”

L'albinos s'étonna que la demoiselle le trouvait de bonne compagnie. Peu de personne trouvait un Zentharim de bonne compagnie. Certains d'entre eux étaient même le contraire. Mais ayant eu une éducation de noble en premier temps, il se différenciait de ces personnes là. Tant par sa façon de s'exprimer que sa façon de se comporter. Et puis, pour un assassin, il se montrait bien polie.

„ Je suis heureux que vous me trouvez de bonne compagnie et intéressant. ”

Ce n'était pas tous les jours qu'on le qualifie de bonne compagnie et d'intéressant. De ce fait, il n'allait pas se priver de la remercier. De un parce qu'on lui avait appris à remercier les personnes qui le complimentait et de deux, parce que c'était agréable.

Mais, la vampire l'intéressait. Elle est maline, quelque peu égoïste et elle ne perdait pas le nord par rapport à ses objectifs. Ce qui faisait en soit une personne intéressante. Pourtant, il sait qu'il ne devrait pas. Surtout à des personnes comme Ozorä. Ce dernier pourrait se lier avec la demoiselle.

Se lier d'amitié ou plus, n'était pas là le problème. Le problème, c'est que c'est un assassin. Un assassin sous les ordres d'un homme qui lui donnait des quêtes qu'il remplissait. Il n'était pas du genre à contredire ou autre. Mais il ne veut pas avoir le dilemme de choisir d'exécuter son travail ou de laisser la vie de son ami sauf. Bref, Belial se perdait.

Après quelques secondes, le vampire à la chevelure argenté reprit son sérieux. Il devait après tout lui expliquer comment ils vont s'introduire. Ils ont une mission à accomplir après tout.

„ La majorité des gardes se trouvent à l'extérieur, si ce n'est pas la totalité. Le politicien pense que l'intérieur n'a pas besoin d'être aussi surveiller que l'extérieur. Cela rend notre intrusion difficile. ”

Belial dit une pause. Il n'avait pas envie de noyer sa compatriote sous un flot d'information qui pourrait embrouiller son esprit. Il prit une petite inspiration avant de reprendre.

„ Mais il y a plusieurs tours de gardes qui laissent l'arrière de la maison sans surveillance et ceux pendant plusieurs longues minutes. De ce fait, nous devrons être rapide. Une fois à l'intérieur, j'éliminerais gardes s'il y en a. Ce qui éviterait que vous soyez surpris en pleine fouille et que vous ayez à vous battre. ”

Et la, il arrivait à la partie la plus intéressante pour un assassin. Celle du meurtre de la victime.

„ Puis j'irais tué ma cible pendant que vous iriez cherché les biens que vous souhaitez. N'hésitez pas à semer la zizanie dans cet "maison". Cependant, ne prenait pas trop de temps. M'enfin. Je pense que vous le savez.”

Belial laissa la demoiselle réfléchir si elle avait une question. Après tout, elle pourrait trouver une faille à son plan. Mais selon l'assassin argenté, un plan simple était ceux qui se réalisait le mieux. Et si jamais il y avait un soucis, ils pourraient toujours organiser une fuite.

„ Si vous avez des questions, c'est maintenant mademoiselle. Sinon, nous nous en irons commettre ce crime. ”


Chef de guerre
avatar
Aventure : 55

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir:
Race:
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Mar 21 Juin - 18:12
Bonnie and Clyde
«   Belial  &   Ozorä   »


Un sourire en coin fit une brève apparition sur le visage de mon partenaire. Est-ce à cause de ma réflexion ? Peut être. M'enfin soyons réaliste, on affronte pas le destin à mains nues... Surtout quand ce destin semble armé jusqu'au dents avec une sacrée poigne et que briser des nuques ne lui fait pas peur. Quelque part je le respectais. Ce n'est pas tout le monde qui pourrait faire ce genre de boulot. Il ne semblait avoir aucun remords quand il parlais de la victime, peut être l'avait t-il mérité, allez savoir... ça aussi j'étais curieuse de le découvrir:

"La curiosité est un bien vilain défaut mademoiselle Orman."

Je laissais échapper un petit rire à sa remarque qui valait bien mieux qu'une réponse . J'étais bien d'accord avec lui, j'étais même persuadée que c'est ma curiosités qui me maintenait en vie et que c'est elle aussi qui allait me la faire perdre. Mais j'y peux rien je suis comme ça, et puis c'est elle qui rend ma vie moins plate et banale, qui la fait sortir du lots et qui me rend heureuse... Alors je me dois bien de la nourrir convenablement, ne serai-ce que pour la remercier.
Belial me remercia des compliments pas simplement par simple politesse, il semblait que ces quelques paroles l'ai touché. On doit pas complimenter un assassin régulièrement. Je profitais un peu de lui, de son sourire et de sa compagnie le temps du trajet. Il faut dire que c'est pas tout les jours que je croise de potentiels clients aussi bien élevés, au moins je n'avais pas à l'emmerder ou à lui faire des reproches pour bien lui faire comprendre que j'étais pas qu'une simple banque de données sur pattes. Je lui souriais avant de continuer à regarder devant moi, toujours les mains au chaud dans mes poches attendant sagement qu'il me fasse part de son plan.

L'albinos se lança dans ses explications avec sérieux: un sérieux stratégique et professionnel. Je continuais d'avancer, attentives à ses paroles, enregistrant chaque détails de son plan qui semblait être solide et tenir la route. Il parlait toujours d'éliminer les gardes avec sang froid, en même temps il ne semblait pas être un débutant dans le domaine... Loin de là ! Moi je réfléchissais un instant, essayant de trouver une faille à son plan... mais il était trop bien conçu, ce qui ne m'étonnait guère de lui. Je n'avais pas grand chose à faire à part remplir mes poches et saccager la demeure en évitant de réveiller le joyeux quartier et de rameuter les toutous de gardiens. Si on avait besoin de fuir, je savais où aller, ce qui était déjà une belle roue de secours si le plan tournait au vinaigre... bien que j'en doute fort:

"Si vous avez des questions, c'est maintenant mademoiselle. Sinon, nous nous en irons commettre ce crime."

J'esquissais un sourire avant de mettre mes gants noirs à mes mains puis retroussais mes manches comme pour donner le feu vert, reprenant un air des plus naturels:

"Votre plan fonctionne, je n'ai rien à redire. Nous ferons comme convenu~ Inutile de répéter la trajectoire des gardes, une fois suffit. Semer la zizanie c'est mon boulot, je ferais ça dans les règles de l'art en plus de le faire dans le plus grand des silences pour éviter toute alertes générales. "

Nous avancions encore un peu  dans les ruelles avant d'arriver non loin de la demeure en question. Je tournais mon regard vers mon partenaire toujours avec le sourire, prête à exécuter le plan:

"Bien, Passez devant je vous en prie! Je me contenterais de suivre le guide et de surveiller nos arrières dans un premier temps~"

avatar
Aventure : 276
Localisation : Surement pas loin

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Agilité
Race: Vampire
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Juin - 1:39
Un duo pour un crime parfait

ft.



Belial eut un autre sourire. L'adorable demoiselle avait retroussé  ses manches et enfilait ses gants noirs. Le fait de remontait ses manches lui rappelait certaines manières des enfants. Mais c'était adorable. Bref, il regarda la demoiselle qui marchait à ses côtés avant de parler à nouveau.

„ Bien. Nous contournerais la maison et nous attendrons le bon moment. Cependant, il faudrait que je sache quelques choses avant. ”

Il attendit quelques secondes avant de parler à nouveau.

„  Sauriez-vous crocheter une porte ? Si vous ne le savez pas, nous passerons par un autre moyen. Mais crochetait une porte serait bien plus discret. ”

Il attendit sa réponse. Si jamais elle ne savait point comment faire cela, ils se débrouilleraient pour s'introduire. Mais l'argenté pensait qu'elle savait le faire, étant donné qu'Ozorä était connue pour être une banque d'information et une voleuse hors pairs. Enfin, il l'avait bien compris lorsqu'elle se proposa à sa mission.

Le duo continua à marcher pour rejoindre la maison qu'ils devaient rejoindre. Le chemin se fit en silence, il jeta quelques coups d'oeil en arrière. Il savait que la demoiselle surveillait leurs arrières. Ce n'était pas qu'il ne lui faisait pas confiance, mais il était simplement très appliqué lorsqu'il s'agissait de travail.

Une fois arrivée, ils contournèrent la maison pour aller à l'arrière. Ils attendirent le bon moment en silence. Enfin, il le fallait. Ils attendirent plusieurs longues minutes, regardant les gardes qui passaient et qui s'arrêtaient avant de partir à nouveau. Lorsqu'il y eut une brêche, le vampire argenté mit sa capuche, cachant sa chevelure qui était éclairée par les rayons de la lune et fit signe à Ozorä, montrant qu'ils pouvaient se diriger vers la porte arrière de la "maison" du politicien.

En effet, ce n'était pas une maison. C'était plus une villa. Ce qui montrait au grand combien il était riche et la structure du batiment montrait qu'il aimait étaler ses richesses. Même le manoir Ramneister ne semblait pas aussi "royal". De plus, le manoir était ancien et il n'était pas là pour montrer de l'extérieur qu'ils en avaient plein les poches.

Ils traversèrent rapidement l'arrière de la propriété et arrivèrent rapidement au lieu voulu. Cependant, il y avait la porte tant attendu qui les empêchaient d'entrer. Belial pouvait toujours défoncer la porte ou brisait une fenêtre pour entrer, mais cela pouvait alerter les gardes qui se trouvaient à l'extérieur. Se battre contre une vingtaine de personne ne le gênaient pas, mais il raterait une mission.

„ C'est à vous de jouer mademoiselle. ” Chuchota-t-il.

Il laissa la demoiselle faire tout en surveillant les alentours. Ils n'avaient que quelques minutes pour s'introduire, alors un garde pouvait arriver à tout moment. Mais l'assassin faisait confiance à la demoiselle. Il savait qu'elle n'aurait pas forcément envie de se retrouvait encercler par des hommes qui étaient bien plus forts qu'elle et armés.


Chef de guerre
avatar
Aventure : 55

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir:
Race:
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Juin - 2:24
Bonnie and Clyde
«   Belial  &   Ozorä   »



C'est toujours en marchant que mon partenaire continuait de m'expliquer son plan. Il était réfléchi, le plan autant que la personne qui l'avait conçu. Tout était minutieusement calculé, si je suivais exactement ce qu'il disait, tout se déroulerait sans complications... Ce dont il fallait se méfier étaient les facteurs extérieurs au plan, les réactions imprévues des gardes  ou même de la cible. Mais cette routine semblait si bien faite et confortable que nous n'avions plus qu'a prier les dieux pour que tout le monde continue comme ça et que tout se déroule comme prévu.
Il attendit un moment, avant de me poser une question. Une question un peu bête pour moi, mais il était toujours préférable de demander au préalable avant de se jeter dans la gueule du loup. Un petit rire m'échappa et  répondis avec toute franchise:

"Ne vous inquiétez donc pas pour ça. Avec moi, les portes ne sont jamais fermées bien longtemps ! "


Après cette petite plaisanterie, le chemin se fit dans un calme plat. De son côté, Belial devait surement peaufiner les détails du plan dans sa tête.Moi intérieurement, je bouillonnais d'impatience, m'efforçant de garder une expression faciale neutre, toujours naturelle. Rien que l'idée de m'en foutre plein les poches me donnait le sourire. J'allais pouvoir me payer de superbes chambres pour les nuits à venir avec les bons repas copieux qui vont avec, sans oublier de mettre de l'argent de coté.
C'est lorsque nous arrivions à destination que je mis mes futurs projets dans un coin de ma tête, histoire de me concentrer sur la "mission". Il était hors de question de décevoir Belial, question de principes... Puis j'ai une réputation à tenir.
Nous nous approchions discrètement de la demeure en question. Je me contentais de surveiller les arrière, de l'assassin en le suivant comme son ombre, bien qu'il était assez doué pour s'en sortir tout seul.
L'apparence de la villa donnait un avant goût de ce qu'on allait trouver à l'intérieur: Et on allait pas être déçus, enfin surtout moi !
On traversait la cour arrière avec la plus grande des discrétions avant d'arriver devant la dite porte. Mon complice chuchota , toujours attentif à ce qui pouvait se passer autour:

"C'est à vous de jouer mademoiselle."

Je répondis d'un signe de tête avant de jeter un coup d’œil à la serrure. C'était un model assez récent, pas des plus facile à crocheter. la serrure étant moins large que les anciens model, il était un peu plus délicat a débloquer. Mais rien est impossible, chez moi, le "Porte fermée" n'existe pas, ce qui s'avérait très pratique quand on devait se trouver un logement à l'improviste. Je me mis à hauteur de la serrure, assez confiante, puis sorti de ma manche comme par magie, une tige métallique et un autre bout de métal. Sans plus attendre, j'introduisais  dans la serrure mon attirail et commença mon travail, assez confiante.Je tournais mes bouts de ferrailles avec concentration quand soudain, un petit déclic se fit entendre. Un sourire de satisfaction prit place sur mon visage. Je me relevais, tournant la poignée qui ouvrit la porte comme si de rien n'était. Je lui fis signe de passer en premier, au cas ou qu'on ait le droit à un éventuel accueil tout en chuchotant :

"Chose promise, chose due~ Après vous je vous en prie !"

avatar
Aventure : 276
Localisation : Surement pas loin

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Agilité
Race: Vampire
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Fév - 23:41
Un duo pour un crime parfait

ft.


Click, clack, tick. C’était les bruits des instruments que la jeune femme utilisait pour déverrouiller la porte qui leur bloquer le chemin. Belial attendait patiemment sur le côté, comptant les secondes tout en regardant les alentours, prêt à sortir une courte lame, caché, pour se battre. Le noble vampire gardait toujours une lame sur lui. Au fur et à mesure qu’il avançait dans son décompte, il pouvait sentir l’adrénaline montait en flèche. Bien qu’il ait l’habitude de ce genre de mission, le vampire ne pouvait s’empêcher de ressentir cette adrénaline. Cependant, cela ne l’empêchait pas de rester calme et réfléchi pour le futur assassinat.

Sa complice déverrouilla en une minute, si ce n’était moins. Son efficacité lui fit esquisser un sourire. Décidément, elle lui plaisait bien. Belial vit la demoiselle lui faire signe pour entrer en premier. Celui-ci hocha la tête et entra. Celui-ci rentra rapidement et ne vit aucun garde. Il fit signe à la vampire d’entrer et de fermait la porte derrière elle. Doucement, il s’avança dans la pièce. Il faisait sombre, mais cela ne le gênait pas du tout. Il était habitué à la pénombre. C’était un être de la nuit après tout. Il se tourna vers la jeune femme et sortit sa lame pour la lui tendre.

„ J’essaierais de neutraliser les gardes pour que vous ne rencontriez aucun problème pendant ce temps. A partir du moment où je vous laisserais, nous resterons ici vingt minutes grand maximum. Mais prenez ceci. Sait-on jamais. ”

Il n’était pas aussi attentionné avec certains de ces camarades, mais il préférait la garder en vie. Elle travaillait bien, elle était une vraie mine d’information et il n’avait pas envie de laisser son cadavre derrière lui si jamais cela tournait mal.

< span style="color: midnightblue;">„ Vous en aurez plus besoin que moi. Si vous décidez d’hurler, faites-le en dernier recours. J’arriverai. ”

Il attendit patiemment qu’elle prenne l’arme avant de s’avancer dans les couleurs. Bien qu’il soit un criminel, il n’était pas du genre à abandonner un complice. M’enfin. Lorsque la demoiselle saisit l’arme, il s’en alla dans les couloir d’un pas silencieux, regardant sa montre rapidement. Doucement, il s’avança, guettant tout bruit que pourrait faire un des gardes. Belial ne croisa personne avant de longues minutes.

Lorsqu’il croisa le premier garde, celui-ci passa dans un couloir adjacent à celui dont lequel il était. Le garde mit un petit moment avant de comprendre qu’il était là. Cependant, ce court instant fut suffisant pour que Belial lui assène une série de coup violent rapide et précis, qui fit bien plus qu’assommait le garde. Une fois cela fait, il soupira et laissa l’homme à terre.

Et de un. Il continua à avancer rapidement, mais toujours silencieusement. L’argenté rechercha les autres gardes avant de répéter la même situation. Cependant, il alerta un moment un des autres gardes lorsqu’il était en train de se battre contre un autre. Cependant, cela ne suffisait pas pour l’arrêter. Il se rémora des enseignements que son père lui avait donné et de ce qu’il avait appris lors de la Croisade d’Elwynn pour les mettre à terre, eux aussi.

Est-ce que les gardes avaient vraiment eu une chance contre lui ? Il ne le pensait pas. Une fois qu’il en avait neutralisé quatre, celui-ci monta à l’étage pour s’occuper de la cible. Belial était sûr qu’il n’y en avait pas d’autre. Normalement. Il espérait que du côté de sa complice, tout se passait bien. Il monta les marches, quatre par quatre. D’après les informations qu’on lui avait données, à cette heure-là, la cible se trouvait dans son bureau à travailler.

Chef de guerre
avatar
Aventure : 55

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir:
Race:
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Dim 26 Fév - 1:11
Bonnie and Clyde
«   Belial  &   Ozorä   »



Nous nous avancions dans la demeure...Enfin ! On allait vraiment pouvoir s'amuser... surtout moi en fait~
Je le suivais, marchant silencieusement après avoir refermé la porte avec la plus grande des délicatesses. Une résidence luxueuse et bien entretenue que j'examinais du regard malgré l'obscurité qui n'était pas tellement un problème pour nous. Plein de choses à casser, éparpiller, déchirer, voler... bref, maquiller cette scène de crime en un simple cambriolage qui aurait mal tourné: j'avais de quoi faire !
Le silence régnait en maître, et il fallait que ça dure. Belial s'arrêta, se retourna pour me tendre une lame et me donner les dernières instructions:

"J’essaierais de neutraliser les gardes pour que vous ne rencontriez aucun problème pendant ce temps. A partir du moment où je vous laisserais, nous resterons ici vingt minutes grand maximum. Mais prenez ceci. Sait-on jamais.  Vous en aurez plus besoin que moi. Si vous décidez d’hurler, faites-le en dernier recours. J’arriverai."

Je regardais la lame un instant avant de la prendre en le remerciant d'un signe de tête. J'en avais déjà quelques une cachées dans les manches de ma veste, mais ne dis rien, appréciant l'attention qu'il portait à ma sécurité. Décidément, il était réellement un spécimen assez rare dans le domaine du crime et du complot... ça change des gros bourrins écervelés qui foncent tête baissée sans se soucier du reste, il en était même agréable. Je souriais, plaçant soigneusement le couteau à ma ceinture, facilement accessible en cas de problème:

"Si tout se passe bien, je n'aurais pas à l'utiliser, même si l'idée de vous voir intervenir comme un chevalier servant n'est pas déplaisante~"

Après cette petite boutade, je repris un air un peu plus sérieux, regardant l'heure sur l'horloge qui trônait au fond de la pièce:
"On se retrouve dans vingt minutes, sans fautes. Bonne chance !"

Un dernier petit sourire et me voilà déjà partie dans la plus grande des discrétion dans la maison. Je commençais par entrer dans la première pièce qui n'était autre que la cuisine. Je ne perdis pas de temps, emportant simplement deux trois torchons avant de repartir. J'avançais doucement dans le couloir, jusqu'à arriver à la pièce principale. Au loin, un garde était assis sur une chaise, lisant un livre prit dans la bibliothèque, veillant également sur la porte principale de la demeure. Cachée derrière lui, un peu plus loin dans le couloir, je mis l'écharpe que j'avais autour du cou pour me couvrir le nez et sorti de ma veste, une petite fiole de chloroforme que je vidais sur l'un des torchons prit dans la cuisine. Avançant doucement vers ma victime, je lui pressait d'un geste vif le torchon imbibé sur le nez, examinant le bouquin qui m'était familier avant de chuchoter à son oreille:

"La soeur du protagoniste meurt dans exactement cinq pages, et le personnage principal meurt lui aussi à la fin..."
A peine il eu le temps de se débattre que celui-ci lâcha son livre, tombant de fatigue dans les bras de Morphée qui ne s'attendait sûrement pas à le voir de si bonne heure. Je rattrapais l'ouvrage de justesse avant qu'il ne tombe au sol d'un geste vif, regardant l'homme dans son sommeil artificiel.:

"Bonne nuit~"

Vu la dose versée sur le tissu, il n'allait pas ouvrir les yeux avant le levé du soleil. Je posais le livre au sol, comme si celui-ci était réellement tombé, sans un bruit, retirant mon foulard de mon nez pour respirer un air un peu plus frais. J'examinais la pièce principale qui était une grande salle de séjour, puis commençais la fouille. J'éparpillais des feuilles de dossiers au sol comme si un individu avait fouillé dans les tiroirs dans la précipitation. J'embaumais des objets fragiles dans mes deux autres torchons et les éclataient contre la semelle du talon de ma chaussure pour étouffer le bruit de la casse, déposant stratégiquement les morceaux au sol, imitant leurs chute lors de la fouille. Je prenais ce qui avait de la valeur: les bijoux, des documents importants ou confidentiels, de l'or ...
quittant la pièce, les poches bien garnies. Il ne semblait il y avoir plus personne au rez de chaussé jusqu'à ce que je tombe nez à nez avec quelques cadavres, assez impressionnée:

"J'en connais un qui est passé par là..."

Je regardais le sang sans bronché. J'avais "goûté" juste avant par précautions, et j'avais bien fait, sinon je serais déjà en train de laisser des traces de dents sur les corps inanimés sans me contrôler. J'enjambais les cadavres et continuais de fouiller le rez de chaussé. Passant devant les escalier, je m'arrêtais un instant songeant à Belial dans un moment de silence, espérant que tout se passait bien pour lui.
La maison n'était plus si propre, on avait l'impression qu'un ouragan était passé dans chacune des pièces ou pouvait se cacher des objets de valeur. Pas la peine de toucher à la salle de bain ou à la cuisine, un voleur ne se concentre que sur les pièces principales comme les salons, les bureaux ou les chambres... la chambre tiens, en voilà une bonne idée. Je revins sur mes pas pour monter à l'étage, filant au bout du couloir, trouvant la chambre. Une grande pièce, pas une photo de famille, pas d'objet de "madame" sur la seconde table basse...rien.
Je commençait à fouiller et récupérer ce qui avait de l’intérêt à mes yeux quand quelqu'un entra dans la pièce, juste derrière moi. Sans dire un mot, le vigile s'élança, couteau en avant, frôlant mon visage, laissant derrière lui une petite coupure sur ma joue. Je reculais, dégainant la lame de Belial et lui la fit glisser sous la gorge d'un geste rapide. Son corps tomba lourdement sur le sol dont la moquette s'imprégnait du sang. Je repris mon calme, prise par surprise, avant de soupirer. Poignarder quelqu'un, cela m'était arrivé, pour me défendre... Mais tuer quelqu'un, c'était bien la première fois. Je ne l'aurais pas fait si il ne m'avait pas vu à visage découvert... Mais je ne devais pas tout faire foirer, j'ai une réputation à tenir et un bel albinos qui n'avait pas que ça à faire que de réparer mes bêtises.
Je nettoyais la lame et passais le dos de ma main sur ma petite plaie avant de redescendre au point de rendez-vous, zyeutant l'horloge, attendant sagement mon complice... il ne restait que quelques minutes, ma part du travail était faite.

avatar
Aventure : 276
Localisation : Surement pas loin

Feuille de personnage
Puissance: 0
Pouvoir: Agilité
Race: Vampire
Voir le profil de l'utilisateur

__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ichizoku no kurasshu :: Les terres d'Elwynn :: Territoire des Rhûns :: La cité blanche :: La haute-ville-